Toto : le tube Africa joué en boucle dans un désert africain pour l'éternité ?

Toto : le tube Africa joué en boucle dans un désert africain pour l'éternité ?©Action Press, BestImage

Fabien Gallet, publié le 15 janvier

C'est en tout cas l'objectif de Max Siedentopf, un artiste germano-namibien de 27 ans qui a installé dans le désert du Namib une installation sonore pour jouer le titre paru en 1982.

Non, ce n'est pas une blague. Africa, l'un des morceaux les plus célèbres du groupe de rock américain Toto va faire l'objet d'une expérience menée sur le (très) long terme.

En effet, l'artiste germano-namibien Max Siedentopf, a choisi ce titre issu de "Toto IV", quatrième album de la formation californienne qui a vu le jour au milieu des années 1970, et de le diffuser en plein coeur du désert de Namib.

Une oeuvre d'art hommage

Au premier abord, le lieu semble plutôt surprenant pour diffuser de la musique mais ce choix n'est pas anodin. Outre le nom du morceau, raccord avec la géographie, l'artiste y voit un moyen de rendre un "hommage ultime à cette chanson et montrer Africa en Afrique", ce qu'il a expliqué à la BBC le 14 janvier 2019.

Évidemment, pas de prise secteur à l'horizon pour brancher une sono permettant de diffuser le titre de Toto. Pour mener à bien son projet, Max Siedentopf a donc misé sur un lecteur MP3 relié à six enceintes, le tout alimenté par des batteries à énergie solaire. Une installation sonore que l'artiste a baptisée "Toto Forever" et qui dénote quelque peu dans le paysage. Les avis sont d'ailleurs partagés. "Certains Namibiens l'adorent et d'autres disent que c'est sûrement la pire installation sonore jamais conçue. Je trouve que c'est un beau compliment", s'amuse l'artiste de 27 ans.

Reste à savoir si Max Siedentopf va réaliser son souhait, celui de "jouer Toto pour l'éternité". Si le soleil ne manque pas dans le désert de Namib - par ailleurs plus vieux du monde (55 millions d'années) - pour alimenter les batteries, le "climat rigoureux" qui y règne risque bien de "dévorer" son oeuvre au fil du temps.

Les commentaires sont désactivés pour cette page.