Steven Tyler d'Aerosmith, furieux que Donald Trump utilise sa musique en meeting

Steven Tyler d'Aerosmith, furieux que Donald Trump utilise sa musique en meeting©Daniel DeSlover/Zuma Press, BestImage

Solène Filly, publié le 23 août

Après Adele, R.E.M. ou les Rolling Stones, c'est au tour de Steven Tyler, le leader d'Aerosmith, d'interdire à Donald Trump d'utiliser la musique de son groupe lors de ses meetings.

Plus de Dream On ou Livin' on the Edge pour Donald Trump. Car le président des États-Unis a été mis en demeure par Steven Tyler, le leader du groupe américain Aerosmith, comme l'a révélé le site américain Variety. En effet, son avocate a fait parvenir une lettre à la Maison Blanche expliquant que, "comme nous l'avons déjà expliqué plusieurs fois, M. Trump crée la fausse impression que notre client a donné son consentement pour l'utilisation de sa musique, et même qu'il soutient la présidence de M. Trump". Car, déjà en 2015, l'homme d'affaires avait utilisé Dream On pour sa campagne sans la permission de Steven Tyler.

Imposer le respect du droit d'auteur

Mais s'il n'est pas le premier musicien à interdire à l'ancien animateur de télévision d'utiliser sa musique lors de meetings, il est cette fois-ci surtout question de faire respecter le Lanham Act, qui concerne les droits d'auteur. C'est d'ailleurs Steven Tyler lui-même qui l'a fait remarquer sur Twitter, expliquant que cette mise en demeure n'est en aucun cas une histoire de "Démocrates Vs Républicains" comme certains auraient pu le penser, mais qu'il refuse simplement que "qui que ce soit utilise (ses) chansons sans (sa) permission".

Le chanteur conclut : "Ma musique défend des idées, pas des campagnes politiques ou des meetings. Le respect du copyright et des paroliers est quelque chose pour lequel je me battais bien avant que l'actuel gouvernement soit en place."

Les commentaires sont désactivés pour cette page.