Saez évoque sa santé et ses addictions : "Il faut que je me reprenne en main"

Saez évoque sa santé et ses addictions : "Il faut que je me reprenne en main"©Guillaume Gaffiot, BestImage

, publié le 23 décembre

Après l'annulation forcée des dernières dates de sa tournée, début décembre 2019, le chanteur est sorti du silence. Dans une interview accordée au Parisien, l'interprète de Jeune et con se confie sur ses soucis de santé.

Le chanteur de 42 ans devait se produire les 10, 12 et 13 décembre derniers à Clermont-Ferrand, Nantes et Tour, mais Alias Production, son tourneur, avait annoncé sur Facebook l'annulation des shows, mettant en avant "des raisons médicales".

Dix jours ont passé et le principal intéressé a donné de ses nouvelles dans les colonnes du journal Le Parisien, en kiosque ce lundi 23 décembre. "J'ai quelques soucis à la tête, qui seraient liés à l'oreille interne et à des vertiges. Rien de très grave. J'en saurai plus en janvier", a expliqué Saez.

"Le problème de mes addictions, c'est le plaisir"

Le chanteur a tenu à revenir sur la fin précipitée de son tour de chant au cours duquel il a pu défendre son dernier disque, "Ni dieu ni maître". "À la fin de la tournée, c'était très violent, j'avais des coups de couteau, des décharges dans la tête. J'ai eu un traitement de cortisone assez lourd pour pouvoir faire Bercy et Lille, mais après, cela n'a fait qu'empirer, le bordel", a confié Saez avant d'ajouter : "Les trois derniers concerts, je n'arrivais pas à mettre un pied devant l'autre. L'ultime à Lyon, c'était carrément insupportable. J'ai fini le concert avec tout le son coupé sur scène tellement je souffrais."

Or, comme le précisait Le Parisien il y a quelques jours, le chanteur n'a pas non plus une vie des plus saines : "Il faut que je me reprenne en main. C'est le message global qui m'est adressé (par les médecins). Trois-quatre paquets de clopes par jour, les tournées à trois bouteilles de Jack Daniels par soir... Le problème de mes addictions, c'est le plaisir. Sur scène, l'alcool a un effet anxiolytique. Quand les musiciens jouent, il y a quelque chose de tribal, de l'ordre de la transe, et l'alcool permet le lâcher prise."

De son propre aveu, Saez ne se voit d'ailleurs pas comme "quelqu'un de mesuré". "C'est un chemin que je dois apprendre si je veux continuer à faire vingt concerts par mois et des concerts de quatre heures. Avec mon rythme de vie et mes addictions, ce n'est pas possible", a-t-il concédé. Pour l'heure, ce dernier ne sait pas encore "quand et sous quelle forme" il rattrapera les concerts non honorés. "J'ai annulé très peu de dates dans ma vie, je déteste ça", a-t-il en tout cas regretté.

Les commentaires sont désactivés pour cette page.