Renaud : "Je sors de scène lessivé mais heureux"

Renaud : "Je sors de scène lessivé mais heureux"©Yann Orhan_Slo Slo, DR

Clara Lemaire, publié le 10 février

En pleine tournée avec son dernier album, Renaud a accordé une interview exclusive à Paris Match, qui l'a suivi sur quelques dates. Malgré les épreuves, il a confié sortir de scène "lessivé mais heureux".

C'est le roi des ventes d'albums en France en 2016. Avec près de 730 000 disques ou équivalents vendus à travers l'Hexagone, Renaud a fait un comeback fracassant en avril dernier avec la sortie de son seizième album studio. Fort de ce succès, le chanteur français a entamé une très longue tournée en octobre dernier, qui passera par le Zénith de Paris les 19 et 20 mai. Grisé par son retour sur scène, il a affirmé à Paris Match être "lessivé mais heureux" à chacune de ses prestations.

"Je me sens vraiment vivant"

Sur les routes depuis presque quatre mois déjà, Renaud ne boude pas son plaisir. "C'est Byzance. Il semblerait que je manquais au public...", confie-t-il, même s'il s'y attendait "un peu vu l'accueil de (son) disque". Partout où il passe, Renaud fait salle comble. "Je remplis partout entre 7 000 et 10 000 personnes par soir, on a même fait 11 000 personnes à Strasbourg. C'est mieux qu' 'Âge tendre et tête de bois', hein ?", dit-il en rigolant. Un soutien inconditionnel du public qui le "bouleverse". "Les soirs de concert, en ce moment, j'arrive sur scène un peu naze parce que je traîne une rhino-pharyngite. Avant que le rideau tombe, on m'a massé, ma coach vocale m'a donné des cours de chant... Mais une fois qu'il est tombé, je suis reboosté, poursuit-il. En ce moment, je me sens vraiment vivant. Je sors lessivé de scène mais heureux. Et ça ne m'était pas arrivé depuis longtemps !"

Renaud président ?

Plébiscité par le public, Renaud passe actuellement le plus clair de son temps en tournée et montera sur scène jusqu'au 17 septembre prochain, date de son dernier concert à La Courneuve. Un mode de vie qui, à 64 ans, semble lui aller comme un gant. "On passe quatre jours en province et quand je reste les trois autres jours de la semaine à Paris, je m'emmerde. Alors que, dans les salles, je sens l'adrénaline qui monte au fur et à mesure. Surtout quand le public hurle 'Renaud président'!", explique l'auto-proclamé Phoenix. De là à se présenter à la prochaine campagne présidentielle ? "Je n'aurai jamais les 500 signatures, admet-il. En tout cas, ça veut dire que les gens ont besoin qu'on leur parle, qu'on leur dise des choses".

Les commentaires sont désactivés pour cette page.