Rachid Taha : ses 5 morceaux qui ont marqué l'Histoire du raï

Rachid Taha : ses 5 morceaux qui ont marqué l'Histoire du raï©Dominique Jacovides, BestImage

Fabien Gallet, publié le 12 septembre

Rachid Taha a largement participé à la popularisation du raï en France, dans les années 1990, en le mêlant à d'autres genres. Né à Oran, le chanteur arrivé en France à tout juste dix ans s'est éteint dans la nuit du mardi 11 au mercredi 12 septembre 2018, emporté par une crise cardiaque, à 59 ans.

Après 35 ans de carrière et dix albums (un onzième terminé avant sa mort devrait voir le jour en 2019), Rachid Taha laisse derrière lui un répertoire varié, teinté de sonorités empruntées à son pays natal ou encore au rock, au punk ou à l'électro. "Tu peux chanter le raï sur du reggae, sur de la techno, sur du blues... Il n'y a aucune règle", assurait-il au micro de RTL, en 2016. La preuve en 5 titres incontournables.

Douce France (1986)

Raï et rock, telle est la recette de Carte de séjour, groupe que forme Rachid Taha en 1980. Six ans plus tard, le musicien et ses compères rencontrent un succès phénoménal avec leur reprise de Douce France, le tube de Charles Trenet paru plus de 40 ans plus tôt. Une version remise au goût du jour qui vaut évidemment le détour.

Voilà voilà (1993)

Après la dissolution de Carte de séjour à la fin des années 1980, Rachid Taha se lance en solo. Il sort son premier album "Barbès" en 1991 puis un second qui porte son nom deux ans plus tard. On y trouve Voilà voilà, titre aux paroles engagées en témoigne ce passage : "La leçon n'a pas suffit / Faut dire qu'à la mémoire on a choisi l'oubli / Dehors, dehors, les étrangers C'est le remède des hommes civilisés". En 2012, le chanteur a repris le morceau en y conviant Mick Jones de The Clash, Camélia Jordana ou encore Oxmo Puccino.

Ya Rayah (1998)

S'il ne fallait en retenir qu'un, il pourrait s'agir de ce morceau paru en 1998. Ya Rayah n'est autre qu'une reprise d'un titre signé par Dahmane El-Harrachi, figure du chaâbi. C'est sur son quatrième album baptisé "Diwân" que Rachid Taha reprend cet hymne populaire cher aux immigrés algériens.

Abdel Kader (1998)

Chanson issue de l'album "N'ssi N'ssi" de Khaled (1993), Abdel Kader est dépoussiérée cinq ans plus tard à l'occasion d'un concert unique donnée à Bercy par son interprète d'origine accompagné de Faudel et de Rachid Taha donc. Un projet qui donnera naissance à un album live baptisé "1, 2, 3 Soleils", sur lequel on retrouvera évidemment ce morceau de raï devenu culte.

Rock el Casbah (2004)

En 2004, Rachid Taha publie son sixième disque, "Tékitoi", sur lequel figure une reprise étonnante du tube Rock the Casbah de The Clash. Une réinterprétation mêlant rock et raï dont Mick Jones, leader du groupe punk britannique, serait tombé amoureux. Les deux musiciens l'ont d'ailleurs interprété ensemble sur le plateau de l'émission Taratata en 2006. À voir et écouter absolument !

Les commentaires sont désactivés pour cette page.