Qui est Suzane, la reine des festivals 2019 ?

Qui est Suzane, la reine des festivals 2019 ?©Céline Bonnarde, BestImage

, publié le 5 août

Du haut de ses 28 ans, Suzane s'impose comme l'artiste la plus programmée des festivals d'été en 2019. Zoom sur cette chanteuse sur laquelle il faut d'ores et déjà compter dans le paysage musical français.

Selon le site Sourdoreille, Suzane a décroché la première place du "Top des squatteurs 2019" avec 32 festivals au compteur, se hissant devant Hoshi et Jeanne Added. Un véritable exploit quand on sait que la chanteuse n'a pour l'heure sorti qu'un EP de quatre titres, "SLT", en avril 2019. EP sur lequel figure le single L'Insatisfait, visionné plus de 2 millions de fois sur YouTube.

Histoires vraies et électro

Avec un premier effort à paraître début 2020, Suzane est donc l'une des artistes à suivre de près, elle qui est parvenue à séduire un large public grâce à son identité, tant musicale que visuelle, et son énergie. Pourtant, c'est d'abord vers la danse, pratiquée pendant 15 ans, que la jeune femme s'est tournée. "Ça a été un très long chemin pour en arriver là. Si j'ai toujours été attirée par l'art, quand j'ai dit à mon entourage que je voulais devenir chanteuse, on m'a dit : 'C'est sympa de rêver mais va falloir te trouver un vrai métier'", confiait-elle à Télé-Loisirs fin juillet. Serveuse, elle rencontre alors un jeune producteur, Chad Boccara, qui la pousse à s'investir "à 100% dans la chanson". Un engagement payant.

Côté son, Suzane s'affranchit des genres. Celle qui a "piqué son blaze à (son) arrière-grand-mère" et qui chante vêtue d'une combinaison bleue inspirée d'Elvis Presley, Bruce Lee et Louis XIV, mélange chanson française et musique électronique. De quoi coller à ses goûts (Piaf, Brel, Renaud, Barbara mais aussi Daft Punk, Justice, Vitalic...) elle qui se considère comme une "conteuse d'histoires vraies sur fond d'électro".

Qui plus est, l'artiste est engagée. Il n'y a qu'à écouter les paroles de SLT pour s'en assurer. "En plein mouvement Me too, j'ai entendu des débats dans le bar où je travaillais, des propos sexistes, genre 'encore un truc de femmes hystériques'. Voilà comment l'idée m'est venue de me glisser dans la peau du harceleur", expliquait-elle à franceinfo: en juillet dernier, à propos de ce morceau. Reste à savoir si son premier disque saura tout autant convaincre.

Les commentaires sont désactivés pour cette page.