Pour Christine and the Queens, une victoire du FN serait un "putain de désastre"

Pour Christine and the Queens, une victoire du FN serait un "putain de désastre"©Marechal Aurore, Abaca

Sébastien Jenvrin, publié le 9 mars

Dans une interview accordée au magazine britannique Evening Standard, la chanteuse a fait part de ses inquiétudes si Marine Le Pen était élue présidente de la République française.

Forte d'un joli rayonnement international, Christine and the Queens, récemment nommée aux Brit Awards, jouit actuellement d'une belle notoriété au Royaume-Uni. Depuis vendredi 3 mars, la Nantaise fait la Une du magazine anglais Evening Standard, dans lequel elle se livre sur divers sujets : la question du genre, son hypocondrie ou la peur de voir Marine Le Pen élue présidente.

"Tout est possible désormais"

Comme elle l'a déjà évoqué dans plusieurs interviews, Héloïse Létissier, aka Christine and the Queens, est sensible à la question du genre, qui devrait être accentuée sur son prochain album, toujours en préparation. L'artiste se souvient de son adolescence, des changements corporels et des concepts de la féminité, qui lui ont toujours échappés. La jeune femme se remémore aussi les difficultés de s'épanouir en tant que fille au lycée, où son entourage ne cessait de lui dire : "Tu parles trop fort, et tu fais trop de blagues". "Je souffrais de ne pas me sentir sexy ou comme une vraie fille", ajoute-t-elle.

Interrogée sur le Brexit, elle déclare "ne pas vouloir donner de leçons étant donné qu'en France, l'extrême-droite est très haute dans les sondages". "Je pense que tout est possible désormais. De la même façon que l'élection de Trump, ce serait un putain de désastre", déclare-t-elle au sujet d'une potentielle victoire de Marine Le Pen à l'élection présidentielle.

Mais la Française semble trouver un réconfort dans les différents mouvements sociaux qui tentent de résister à la montée des populismes un peu partout dans le monde. Comme lors de la Women's March (marche internationale pour les droits des femmes organisée en réponse à l'élection de Donald Trump) du 21 janvier dernier, à laquelle elle a participé à Paris : "C'est toujours encourageant d'être entouré de gens qui pensent comme vous - mais ce n'était pas non plus totalement réconfortant étant donné que Trump va rester à la tête des États-Unis pendant 4 ans", conclut-elle.

Les commentaires sont désactivés pour cette page.