Orelsan : une pétition lancée pour lui retirer ses 3 Victoires de la musique

Orelsan : une pétition lancée pour lui retirer ses 3 Victoires de la musique©Coadic Guirec, BestImage
A lire aussi

Fabien Gallet, publié le 14 février

Le rappeur originaire de Caen se verra-t-il retirer les trois récompenses reçues au cours des Victoires vendredi 9 février dernier ? C'est en tout cas ce que réclame une pétition signée par plus de 25 000 personnes.

'Artiste de l'année', 'Album de musiques urbaines' et 'Clip de l'année' : Orelsan est le grand vainqueur des 33e Victoires de la musique. Un succès qu'il doit à son dernier disque "La Fête est fini", mais qui ne fait pas l'unanimité.

La preuve, une pétition mise en ligne dimanche 11 février 2018 sur le site Change.org réclame "l'annulation" des prix reçus par le rappeur de 35 ans. À l'origine de ce manifeste, Céline Steinlaender, en plus de remettre en cause le mérite "artistique" d'Orelsan, estime que certains textes de ses chansons "ne sont acceptables".

"Quel exemple est-ce pour les jeunes ?"

Pour étayer ses propos, l'instigatrice de la pétition cite les paroles du titre St Valentin, sorti en 2007 : "Mais ferme ta gu**le ou tu vas t'faire Marie-Trintigner / J'te l'dis gentiment, j'suis pas là pour faire de sentiments, j'suis là pour te mettre 21 centimètres." "Mais quel exemple est-ce pour les jeunes ?", s'interroge-t-elle avant de demander "l'annulation pure et simple des prix reçus par cet individu" qui, selon elle "devrait être tout simplement censuré." Et d'ajouter : "Madame le Ministre de la Culture, vous ne pouvez pas ne pas réagir !"

Cette démarche sera-t-elle entendue par Françoise Nyssen ? Elle a en tout cas séduit à ce jour plus de 25 000 signataires même si, parmi eux, certains ont signé pour se dresser contre cette énième polémique dans les commentaires. Car ce n'est pas la première fois que les paroles du rappeur sont pointées du doigt. En 2009 déjà, Orelsan choquait avec le titre Sale Pute. Un morceau qui lui offrira un passage devant la justice (relaxe en 2016) mais aussi et surtout un rayonnement médiatique sans précédent.

Les commentaires sont désactivés pour cette page.