Mort de Francis Lai : retour sur 3 chansons culte

Mort de Francis Lai : retour sur 3 chansons culte©JLPPA, BestImage

Fabien Gallet, publié le 8 novembre

Le célèbre compositeur est décédé à l'âge de 86 ans, ainsi que l'a annoncé Christian Estrosi, le maire de Nice, ville dont il était originaire, mercredi 7 novembre 2018. Il laisse derrière lui des titres incontournables qui ont notamment marqué le cinéma.

Francis Lai a signé plus de 600 chansons au cours de sa carrière amorcée dans les années 1960. En voici 3 qui ont considérablement marqué son répertoire.

Un homme et une femme (1966)

Au milieu des sixties, Francis Lai rencontre le cinéaste Claude Lelouch. Le musicien accepte de composer la bande originale de son film "Un homme et une femme". Cette musique et ses paroles "da ba da ba da, ba da ba da ba" chantées par Nicole Croisille et Pierre Barouh, hommage au jazz qu'il appréciait tant, devient un véritable tube. "On a fait 35 films ensemble (...). Il reste pour moi le plus grand mélodiste français. Il a fait battre le coeur de tous mes films. Quand mes films décollaient, c'était grâce à lui", a assuré Claude Lelouch au micro de RTL après l'annonce du décès de son ami.

La Bicyclette (1968)

À ne pas confondre avec le titre À bicyclette interprété par Bourvil, cette chanson est née de la collaboration entre Francis Lai et Pierre Barouh, et est interprétée par Yves Montand. "Quand on partait de bon matin / Quand on partait sur les chemins / À bicyclette / Nous étions quelques bons copains / Y avait Fernand, y avait Firmin / Y avait Francis et Sébastien / Et puis Paulette"... Qui n'a pas fredonné ces célèbres paroles ?

Where Do I Begin ? (1970)

Ce titre anglais ne vous dit peut-être rien et pourtant il s'agit du thème principal du film "Love Story". Un long-métrage signé Arthur Hiller grâce auquel Francis Lai décroche l'Oscar de la Meilleure musique de film en 1971. Chantée par la suite en anglais par Andy Williams, cette chanson a aussi eu droit à sa version française baptisée Une histoire d'amour, interprétée par Mireille Mathieu.

Les commentaires sont désactivés pour cette page.