Koba LaD : le rappeur écarté de plusieurs festivals après des propos homophobes

Koba LaD : le rappeur écarté de plusieurs festivals après des propos homophobes©Lionel Urman, BestImage

, publié le 19 février

Depuis mardi 18 février 2020, plusieurs festivals français et belges annoncent tour à tour leur décision de retirer le nom de l'artiste de leurs programmations. En cause : des propos homophobes tenus sur les réseaux sociaux il y a quelques jours.

Si le nom de Koba LaD ne vous dit rien, ce dernier est pourtant l'un des rappeurs les plus en vogue actuellement. À seulement 19 ans, le jeune homme originaire d'Evry compte déjà deux albums au compteur et des collaborations avec d'autres stars du milieu : Niska, Ninho ou encore Heuss l'Enfoiré.

Une publication polémique

Très suivi sur les réseaux sociaux (près de 2 millions d'abonnés sur Instagram), c'est sur Snapchat qu'il dérape le week-end dernier en relayant la capture d'écran d'un article sur un père ayant tué "son propre fils de 14 ans parce qu'il était gay", l'agrémentant d'un emoji représentant deux mains se serrant et du commentaire suivant : "Bien joué." Une publication relayée sur Twitter notamment, qui a choqué certains fans et de nombreux internautes.

Face à ce tollé, Koba LaD a dans un premier temps démenti être à l'origine de l'image partagée dans une vidéo Snapchat avant de se reprendre : "J'ai mis un screen hier j'aurais pas dû le mettre mais je cautionne pas du tout le meurtre ni l'enfant gay !" Face aux critiques, l'artiste a cru bon, à tort, qu'une nouvelle déclaration suffirait à calmer le jeu : "Vous êtes des bâtards. Je me suis mal exprimé, je (ne) cautionne pas le meurtre, après l'enfant gay franchement... Chacun pour soi Dieu pour tous." Raté.

Festival de déprogrammations

Les publications à caractère homophobe de Koba LaD ont vite fait le tour d'Internet. Face à la polémique, les organisateurs de plusieurs festivals ont décidé de prendre les devants. Ce fut d'abord le cas, mardi 18 février, du Main Square Festival prévu à Arras début juillet 2020. "Le Main Square Festival est un espace de partage, de tolérance et de bienveillance, valeurs qui font partie de l'ADN du festival et de son territoire. Si nous voulons croire en la maladresse d'un jeune homme dont les actes ont pu dépasser la pensée dans un contexte d'hyper connectivité, il n'en demeure pas moins que les idées qui ont été véhiculées n'ont pas leur place dans la Citadelle", ont indiqué les programmateurs sur Facebook.

Même son de cloche du côté du Vyv Festival organisé à Dijon les 13 et 14 juin. Une décision également prise par les organisateurs de Garorock (Marmande du 25 au 28 juin). Ce mercredi 19 juillet, deux autres grands festivals ont annoncé l'annulation de la performance du rappeur : le festival francilien We Love Green (6 et 7 juin) ainsi que le mastodonte belge Dour (du 15 au 19 juillet). Le principal intéressé n'a, pour l'heure, pas réagi.

Les commentaires sont désactivés pour cette page.