Kaaris a écrit quelques morceaux en prison après sa rixe avec Booba

Kaaris a écrit quelques morceaux en prison après sa rixe avec Booba©David Wolff - Patrick, Getty Images

Fabien Gallet, publié le 22 janvier

Le 1er août 2018, à Orly, les deux rappeurs en viennent aux mains, provoquant le chaos dans l'aéroport. Condamné à 18 mois de prison avec sursis, Kaaris s'est exprimé pour la première fois, lors d'une interview accordée au Parisien. L'occasion d'évoquer la sortie de son 5e album "Or Noir Part 3", à paraître le 25 janvier prochain.

L'interprète de Diarabi l'assure, sa rixe avec Booba survenue en août dernier n'est pas un "complot" visant à leur offrir une exposition médiatique. Pourtant c'est bel et bien le cas et plus encore depuis l'annonce d'un combat de MMA qui doit se tenir en Belgique le 5 avril 2019. "C'est lui qui l'a voulu. (...) Comme il a parlé du combat, maintenant, je vais aller jusqu'au bout", a confié le rappeur de 38 ans avant d'ajouter : "Puisqu'il y aura un ring, la télé, autant prendre des sous. Moi je suis prêt."

Un passage en prison "thérapeutique"

Kaaris est toutefois sûr d'une chose : "Sa technique, c'est parlons du combat pour qu'on ne parle pas de mon disque." Et pour cause l'artiste a planché ces derniers mois sur son nouvel album, le successeur de "Dozo". Intitulé "Or Noir Part 3", le disque qui doit sortir le 25 janvier 2019 comptera 15 titres dont plusieurs ont été écrits derrière les barreaux, à l'image du single Aieaieouille ("J'vais faire jouir ma cellule à force d'y faire des va-et-vient (...) Personne va m'coucher à Orly, j'suis une légende urbaine", rappe-t-il).

Celui qui "rêve de réussir dans le rap depuis l'enfance" a précisé avoir commencé son album "bien avant cette histoire" avec Booba. "Ça m'a permis de rajouter quelques morceaux plus personnels, ce que je ne faisais pas avant", a déclaré ce père de famille qui estime qu'il y a eu "un côté thérapeutique" à être enfermé. "En 24 heures, alors que je devais rejoindre ma famille en Espagne, je me retrouve en prison. C'était un truc de fou. Je n'avais jamais été incarcéré. J'ai été bien éduqué. J'ai toujours eu le souci de ne pas inquiéter ma famille", a conclu Kaaris, assurant ne pas être "un gangster".

Les commentaires sont désactivés pour cette page.