Jack White : "J'avais une chance sur un milliard de devenir musicien"

Jack White : "J'avais une chance sur un milliard de devenir musicien"©Ian West/PA Wire, Abaca

, publié le 24 juin

Vendredi 21 juin 2019, le groupe The Raconteurs a publié son troisième album studio, "Help Us Stranger". À cette occasion, la tête pensante de la formation américaine s'est confiée au micro d'Europe 1 et est revenue sur sa propre carrière.

Plus de dix ans après la sortie de leur second disque intitulé "Consolers of the Lonely", Jack White et ses acolytes (Brendan Benson, Jack Lawrence et Patrick Keeler) sont enfin de retour dans les bacs.

Un hiatus qui aura permis à l'artiste de 43 ans de se consacrer à ses nombreux projets, que ce soit avec les White Stripes (jusqu'à leur séparation en 2011), les Dead Weather, ou en solo puisque son dernier album ("Boarding House Reach") est paru en 2018.

"Ce n'était pas une carrière raisonnable"

S'il s'est imposé comme une pointure, adolescent, Jack White n'aurait pas imaginé un seul instant pouvoir jouir d'une telle notoriété. "J'ai toujours voulu faire de la musique, mais en grandissant je m'étais résigné, ce n'était pas une carrière possible ou raisonnable", a-t-il confié dans l'émission Musique ! diffusée sur Europe 1. Et de poursuivre : "Il y avait des veinards qui gagnaient au loto, et puis les artistes tellement talentueux qu'ils finiraient par enregistrer des disques qui seraient vendus dans les magasins. Moi, je ne me voyais dans aucune de ces catégories. Pour moi, j'avais une chance sur un milliard de devenir musicien."

"J'ai beaucoup de chance de faire des disques, les miens et ceux d'autres artistes", s'est donc réjoui Jack White, lui le musicien, producteur et patron de son propre label, Third Man Records, véritable bourreau de travail, ce qu'il assume totalement : "Je ne me rends pas compte, parfois, si je passe douze ou quatorze heures à travailler parce que j'aime profondément ce que je fais et je veux continuer à faire grandir ce que j'ai créé." Toutefois, cela à un prix : "J'ai abandonné depuis longtemps l'idée d'avoir une vie privée", a conclu l'auteur du tube Seven Nation Army.

Les commentaires sont désactivés pour cette page.