Indochine : Nicola Sirkis parle du court-métrage de Kimono dans l'ambulance

Indochine : Nicola Sirkis parle du court-métrage de Kimono dans l'ambulance©Veeren, BestImage

Fabien Gallet, publié le 20 mars

Publié sur l'album "13" paru en 2017, le morceau Kimono dans l'ambulance a droit à son propre court-métrage écrit et réalisé par Nicola Sirkis, le leader du groupe français. Ce dernier en a dit plus sur ce projet au site Allociné.

Du 20 au 26 mars sera diffusé en exclusivité dans les salles premium ICE des cinémas CGR, et ce avant le film d'horreur "US" de Jordan Peele, le court-métrage du titre Kimono dans l'ambulance signé Indochine.

Un petit film de 13 minutes, plus qu'un simple clip donc, réalisé par Nicola Sirkis et dans lequel se retrouvent l'urgentiste Patrick Pelloux, Béatrice Dalle et Diane Rouxel ("deux actrices incroyables", selon le leader) ou encore le chanteur du groupe Grand Blanc.

"Depuis toujours l'image et le cinéma me passionnent"

À cette occasion, Nicola Sirkis a répondu aux questions d'Allociné, revenant sur la genèse du court-métrage. "Pendant l'enregistrement de Kimono dans l'ambulance, j'avais déjà l'idée d'en faire un petit film avec des images très précises dans ma tête", a expliqué l'interprète de Canary Bay, précisant au passage que ce morceau tourne "autour de ce paradoxe de l'intérieur d'une ambulance où on essaye de retarder la mort, de donner ou redonner la vie et de l'extérieur avec la ville, les rues où la vie semble se dérouler, indifférente".

Si le chanteur d'Indochine est passé derrière la caméra, c'est parce que "l'image et le cinéma (le) passionnent" depuis toujours. "C'est une source d'inspiration forte pour moi", a-t-il avoué, reconnaissant pourtant ne pas toujours agir comme un pro : "Je me trompe tout le temps, je dis 'ça tourne' à la place de 'action' et vice versa. J'oublie de dire 'moteur'... Je me focalise plutôt sur les plans et je filme beaucoup pour avoir le choix au montage. Le vrai truc c'est le dérushage, il faut connaître ses rushes par coeur pour éviter de passer à côté d'un moment fort."

Une expérience marquante pour Nicola Sirkis donc, qui n'a pas caché son désir de s'essayer à la réalisation d'un long-métrage. "J'aimerais, oui. Mais restons humble, je sais que c'est un très long travail et je ne sais pas si j'en aurai la patience", a-t-il conclu.

Les commentaires sont désactivés pour cette page.