Décès du chanteur Christophe : 3 inoubliables titres qui continueront d'inspirer

Décès du chanteur Christophe : 3 inoubliables titres qui continueront d'inspirer©Cédric Perrin, BestImage

, publié le 17 avril

Le monde de la musique pleure. Les mots bleus se sont tus. Après plusieurs jours d'hospitalisation à l'hôpital de Brest, Christophe est décédé des suites d'un problème pulmonaire dans la soirée du jeudi 16 avril 2020. L'artiste avait 74 ans. Retour sur trois tubes qui ont marqué sa carrière !

Aline (1965)

Après un échec commercial avec son 45 tours, Reviens Sophie, Christophe se lance à l'assaut de la scène musicale avec un cri du coeur : Aline. Non seulement le public entend cette oeuvre inspirée du blues américain mais est aussi immédiatement conquis par l'homme qui se place comme la nouvelle icône yé-yé du moment. La partition continue d'inspirer les talents, en témoigne la récente reprise du groupe Thérapie Taxi.

Les paradis perdus (1973)

Si ce titre évoquera à la plus jeune génération un morceau à succès de Christine and the Queens, c'est avant tout une reprise du chanteur Christophe. Première collaboration avec Jean-Michel Jarre, cette ballade rock le rapproche musicalement des artistes anglo-saxons de l'époque comme Pink Floyd. Le Figaro raconte sa création : "Enregistré dans le nouveau complexe des studios Ferber, dans le 20e arrondissement, par le génial ingénieur du son René Ameline, l'album présente Christophe, qui porte désormais une fine moustache et les cheveux mi-longs, comme un avant-gardiste passionné par les machines. En l'occurrence, le synthé analogique ARP Odyssey, qui confère un son unique à ce premier chef-d'oeuvre."

Les Mots Bleus (1974)

Jean-Michel Jarre l'a dit : "Plus qu'un chanteur, c'était un couturier de la chanson." Et Christophe, aidé du parolier, a-t-il livré une composition d'orfèvre, plus précieuse et plus sentimentale que Les Mots Bleus ? Ce refrain, écrit par un amoureux transis incapable de dévoiler ses sentiments à l'élue de son coeur, est entré dans les mémoires et devenu un classique des karaokés : "Je lui dirai les mots bleus, les mots qu'on dit avec les yeux. Parler me semble ridicule, je m'élance et je recule."

Les commentaires sont désactivés pour cette page.