Daft Punk : les ingrédients secrets d'un succès

Daft Punk : les ingrédients secrets d'un succès©GOFF INF, BestImage

, publié le 22 février

Après 28 ans d'existence, les Daft Punk se séparent. Le duo le plus emblématique de la musique électronique et de la French Touch a annoncé le 22 février 2021 mettre fin à sa collaboration, par le biais d'une vidéo dans laquelle les raisons de cette séparation ne sont pas dévoilées. À l'occasion de cette triste nouvelle, retour sur les secrets d'un succès à nul autre pareil.

La qualité plutôt que la quantité

Dans le documentaire "Daft Punk Unchained" sorti en 2015 et signé par le réalisateur Hervé Martin-Delpierre, les Daft Punk expliquaient : "On a trop été habitués à des produits merdiques." De ce constat est née l'envie du duo de toujours offrir à son public de la musique de grande qualité. Plutôt que d'enchaîner les disques, Thomas Bangalter et Guy-Manuel de Homem-Christo ont toujours préféré soigner leur travail pour ne publier que des albums aboutis et mûrement réfléchis. Dans ce même documentaire, les pionniers de la French Touch expliquent ainsi avoir mis cinq ans à achever leur quatrième album studio "Random Access Memories".

Une stratégie de communication révolutionnaire

Décidant dès leurs débuts de dissimuler leurs traits sous des masques de robots, les Daft Punk ont révolutionné le monde de la musique et de la communication en adoptant une stratégie jusqu'alors jamais vue. Une stratégie qui s'étendait d'ailleurs bien au delà de leur apparence. Apparitions rares et orchestrées comme des événements d'envergure, interviews accordées au compte-gouttes... Tout était savamment calculé. Pour la sortie du single Get Lucky en 2013, le duo a par exemple délibérément décidé de faire fuiter quelques extraits pour mieux laisser les internautes s'emparer du morceau et déclencher le buzz. La veille de la date de sortie annoncée du morceau, les DJs de génie publient sans crier gare Get Lucky sur YouTube. Lorsque le morceau est enfin disponible sur les plateformes de streaming musical, le succès est instantané. Avec cinq millions d'exemplaires vendus à travers le monde et pas moins de 540 millions de vues sur YouTube pour la vidéo, les robots ont une fois de plus réussi leur pari.

Des collaborations choisies avec soin

Pour Daft Punk, lorsqu'il s'agissait de travailler avec des artistes, il n'était pas question de savoir si ça rapporterait de l'argent, mais uniquement de s'assurer que cela fasse sens. Pour leur clip Da Funk en 1995, ils choisissent le réalisateur Spike Jonze. Deux ans plus tard, c'est Michel Gondry qui réalise la vidéo du hit Around the World. Deux clips qui font aujourd'hui partie de l'histoire de la musique. Dans le documentaire "Daft Punk Unchained", l'ex-président du label Virgin révèle notamment que Madonna, Janet Jackson et même George Michael ont dans les années 1990 sollicité les deux artistes pour des collaborations... qu'ils ont refusées.

Les commentaires sont désactivés pour cette page.