Bob Sinclar évoque le rôle majeur de Daft Punk pour lui et le reste des DJs

Bob Sinclar évoque le rôle majeur de Daft Punk pour lui et le reste des DJs©Julien Reynaud/APS-Medias, Abaca

Fabien Gallet, publié le 13 juin

Le roi des platines est de retour avec un nouveau single intitulé I Believe. À cette occasion, le DJ français est revenu sur ses débuts, pas forcément simples, sur les ondes de la radio Europe 1.

Cinq ans après la sortie de son dernier album "Paris by Night", Christophe Le Friant alias Bob Sinclar revient distiller sa disco house en privilégiant uniquement des instruments acoustiques sur son nouveau morceau I Believe. Preuve qu'après 20 ans de carrière, il peut encore surprendre.

Invité dans l'émission Bonjour la France animée par Daphné Bürki sur Europe 1 mardi 12 juin 2018, l'artiste en a profité pour évoquer son parcours semé d'embûches jusqu'au succès, lui qui a eu envie de devenir DJ la première fois qu'il est "entré dans un club, en 1987".

"Daft Punk nous a quasiment tous lancés"

Avant de multiplier les tubes dès la fin des années 1990 - World, Hold on, Rock This Party, ou encore Love Generation, titre utilisé (au départ contre son gré) comme générique de l'émission Star Academy -, Bob Sinclar n'a pas chômé. "J'ai commencé en tant que résident, au Palace, aux Bains Douches (à Paris, ndlr) et je voulais imposer mon style (...) mais ça ne marchait pas trop", a-t-il expliqué. Face à cet échec, il arrête les soirées et monte son label en espérant que des DJs s'intéressent à son travail. "J'ai commencé à distribuer ma musique de la main à la main à Londres et la musique électronique est devenue de plus en plus populaire", s'est-il souvenu.

Finalement, à l'aube des années 2000, il parvient enfin à sortir du lot. "1997, 1998 et 1999 : la French Touch explose dans le monde et puis avec le fer de lance, le groupe Daft Punk qui nous a quasiment tous lancés (et avec qui il a travaillé notamment sur Gym Tonic, succès de son premier album "Paradise" (1998), ndlr), on s'est engouffré dans la brèche", a précisé Bob Sinclar avant de conclure : "On s'est dit : 'Voilà, il y a une opportunité : même en faisant des disques dans notre chambre on peut passer à la radio'." Il l'a bel et bien prouvé.

Les commentaires sont désactivés pour cette page.