Après le Nobel, Bob Dylan snobe Barack Obama

Après le Nobel, Bob Dylan snobe Barack Obama©Dietsch Kevin/UPI, Abaca

Sébastien Jenvrin, publié le 2 décembre

Invité à la Maison Blanche en compagnie d'autres lauréats du prix Nobel, le folk singer a préféré décliner l'invitation du président américain.

Faut-il être Dieu pour que Bob Dylan réponde présent à une invitation ? La question est à peine exagérée au regard de ses récentes indisponibilités. Après avoir snobé l'académie Nobel en indiquant qu'il ne viendrait pas récupérer son prix car il a pris "d'autres engagements", c'est au tour de Barack Obama de faire les frais de l'agenda surchargé du folk singer. Invité à la Maison Blanche avec d'autres lauréats du prix Nobel, l'artiste de 75 ans était une fois de plus aux abonnés absents.

Bob Dylan absent sans raison particulière

"Malheureusement, Bob Dylan ne sera pas à la Maison Blanche aujourd'hui", a déclaré Josh Earnest, porte-parole du président américain, ce mercredi 30 novembre. En cause, pas d'autres engagements prévus cette fois puisqu'à vrai dire le musicien n'a donné aucune raison pour son absence. Ce qui n'a pas empêché Barack Obama, bien que fan de Dylan, de faire l'éloge des autres Nobel qui avaient, eux, fait le déplacement jusqu'au Bureau ovale : Oliver Hart (Economie), Fraser Stoddart (Chimie), Duncan Haldane et Michael Kosterlitz (Physique).

Brèves rencontres passées

Pourtant, Bob Dylan avait bien accepté de se rendre à la Maison Blanche en mai 2012, lorsque Barack Obama lui avait remis la médaille de la Liberté, plus haute récompense civile américaine. Dans entretien au magazine Rolling Stone paru en octobre 2010, le président américain avait évoqué sa première rencontre avec l'artiste lors d'un bref passage à la Maison Blanche quelques mois plus tôt. Contrairement aux autres artistes généralement invités, Dylan s'était bien gardé de faire des répétitions et autres selfies avec le président et Michelle Obama. "Il arrive, il joue The Times They Are A-Changin, termine sa chanson, descend de scène, me serre la main (j'étais assis au premier rang), fait juste un petit rictus, et s'en va. C'est tout. Ce fut notre seule interaction", se souvenait Barack Obama.

"Et je me suis dit : c'est comme ça que l'on aime Bob Dylan. Vous ne voulez pas qu'il soit complice ou rigolard avec vous. Vous voulez qu'il garde une forme de distance face à tout cela. Ce fut fantastique." Des propos qui incitent à penser qu'Obama n'en voudra pas à l'interprète de Mr. Tambourine Man.

Les commentaires sont désactivés pour cette page.