50 ans de Woodstock : retour sur 3 grands moments du festival culte

50 ans de Woodstock : retour sur 3 grands moments du festival culte©Evening Standard, Getty Images

Fabien Gallet, publié le 16 août

32 artistes, un demi-million de spectateurs, une météo capricieuse et une idéologie portée par le mouvement hippie : tels sont les ingrédients qui ont fait du festival américain un événement musical à part. À l'occasion du 50e anniversaire de Woodstock, retour sur 3 performances qui ont marqué les esprits, du 15 au 18 août 1969.

Joe Cocker reprend les Beatles

Absents tout comme les Stones, Bob Dylan, les Doors ou Led Zep, les Fab Four ont tout de même eu droit de voir l'un de leur titre interprété pendant le festival.

Dans l'après-midi du dimanche 17 août 1969, Joe Cocker, pas encore au sommet de sa carrière, entonne With a Little Help from My Friends avec le Grease Band. Un titre qui a donné son nom à son premier effort sorti quelques mois auparavant et que les Anglais avaient publié sur "Sgt. Pepper" deux ans plus tôt. Sur scène, le chanteur de 25 ans à la voix rocailleuse est transcendé. Sa performance de 8 minutes impressionne McCartney et Harrison lesquels l'autorisent à reprendre She Came in Through the Bathroom Window et Something sur son 2e album.

The Who : "Tommy" en intégralité

Après l'accueil mitigé de "The Who Sell Out" leur 3e album (1967), The Who sortent "Tommy", l'un des premiers opéra-rock de l'histoire (Frank Zappa, également programmé à Woodstock, s'y était risqué en 1966 avec le groupe The Mothers of Invention). Un double album que Roger Daltrey, Pete Townshend, John Entwistle et Keith Moon jouent en entier le 17 août 1969, entre 5 et 6 heures du matin. Le quatuor offre une setlist de 25 morceaux parmi lesquels le morceau final du disque, We're Not Gonna Take It ou l'incontournable My Generation publié quelques années auparavant. Une performance qui relancera la carrière du groupe à l'international.

Jimi Hendrix : conclusion au sommet...

...mais devant seulement une vingtaine de milliers de festivaliers, soit 20 fois moins que ce que Woodstock a accueilli les jours passés. La raison est simple : le guitar hero monte sur scène au petit matin du lundi 18 août 1969, après Sha Na Na. Quand bien même, entre 9h et 11h10, Hendrix livre une performance qui restera dans les annales. Il y joue Red House avec une corde en moins, Foxy Lady ou encore Voodoo Child (Slight Return). Il offre surtout une reprise de l'hymne américain, The Star-Spangled Banner, en intro de Purple Haze et conclut son set avec son tube Hey Joe.

Il aura été l'artiste le mieux payé, son cachet s'élevant à 18 000 dollars. Loin devant Joan Baez, 10 000 dollars, Crosby, Stills, Nash and Young, 5 000 dollars ou Carlos Santana qui a reçu... 750 dollars !

Les commentaires sont désactivés pour cette page.