Ces stars qui ont chanté pour un dictateur

  • info
  • photos
Chargement en cours
Sting
Sting
Et la palme de l'excuse la plus bidon revient à... Sting. En février 2010, l'ex-chanteur de The Police a empoché 2 millions de livres sterling pour se produire à l'anniversaire de Gulnara Karimova, la fille du dictateur ouzbek Islom Karimov. Son excuse ? Il pensait que le concert était sponsorisé par l'Unicef. Ce que l'organisation humanitaire a aussitôt démenti évidemment.
2/10
Sébastien Jenvrin

Les commentaires sont désactivés pour cette page.