Whitney : 3 bonnes raisons d'écouter "Light Upon the Lake"

Whitney : 3 bonnes raisons d'écouter "Light Upon the Lake"©Sandy Kim, DR
A lire aussi

Sébastien Jenvrin, publié le 8 juin

Après un éblouissant premier single paru en février 2016, le groupe formé autour du duo Max Kakacek (Smith Westerns) et Julien Ehrlich (Unknown Mortal Orchestra) publie un premier disque au songwriting évident. L'album de ce printemps 2016.

1. Parce qu'il est l'oeuvre d'un supergroupe

Derrière ce nom féminin se cache un groupe de mecs dont la dynamique est assurée par le duo Max Kakacek et Julien Ehrlich. Le premier a fait ses armes en tant que guitariste du groupe Smith Westerns, le second en tant que batteur d'Unknown Mortal Orchestra. Quand les Smith Westerns ont splitté en 2014, les deux artistes se sont retrouvés à partager le même appartement à Chicago et les mêmes doutes quant à leur avenir artistique. C'est après une rupture amoureuse, vécu à peu près au même moment, que les deux amis ont commencé à composer leurs premières chansons communes. Le projet a pris son envol quand le duo est allé enregistrer à Los Angeles, sous la houlette du leader de Foxygen, Jonathan Rado, et que d'autres musiciens se sont greffés au tandem.

2. Pour la beauté du single No Woman

En février dernier, le groupe a publié un excellent premier single intitulé No Woman sous la forme d'un clip bucolique aux couleurs automnales. Portée par quelques notes de trompettes, une guitare folk et un joli timbre falsetto, la mélodie ascensionnelle laisse entendre la mélancolie d'un homme contraint de quitter sa ville et d'errer pour oublier un amour perdu. On retrouve cette superbe ballade soul dès l'ouverture de Light Upon the Lake. Une parfaite entrée en matière pour cet album qui fait la part belle aux compositions limpides.

3. Pour l'ambiance seventies

En moins de trente minutes, Light Upon the Lake offre une belle collection de chansons pastorales nimbées d'une jolie patine seventies. A l'instar de Goon, le premier album de Tobias Jesso Jr paru l'an passé, ou des disques des Californiens de Girls, le premier LP de Whitney n'a pas d'autres ambitions que d'offrir un songwriting empreint de classicisme. Rien de révolutionnaire sur cet album donc, mais des chansons diablement bien foutues et addictives. Que l'on pense au primesautier Golden Years et ses riffs de guitare rappelant le T. Rex de Marc Bolan, ou à l'exaltant No Matter Where We Go, qui n'est pas sans rappeler Big Star. Ce premier album abrite d'autres perles, telles que le délicat Light Upon the Lake et ses guitares cotonneuses ou le guilleret Follow, à écouter sur la route entre un disque de Neil Young et The Band.

Light Upon The Lake de Whitney est sorti le 3 juin 2016 via Secretly Canadian/PIAS. Le groupe sera en concert le 18 juin au Point Éphémère (Paris).

 
0 commentaire - Whitney : 3 bonnes raisons d'écouter "Light Upon the Lake"
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]