Thomas Dutronc : "Il n'y avait pas vraiment de guitares à la maison"

Thomas Dutronc : "Il n'y avait pas vraiment de guitares à la maison"©Abaca
A lire aussi

Sébastien Jenvrin, publié le 29 mai

Alors qu'il vient de sortir Éternels jusqu'à demain, le fils de Jacques Dutronc et Françoise Hardy confie dans une interview à VSD que travailler avec ses parents n'a jamais été une évidence, ni une envie particulière.

Un peu moins de quatre ans après Silence on tourne, on tourne en rond (2011), Thomas Dutronc fait son comeback avec un nouvel album studio. Baptisé Éternels jusqu'à demain, le disque contient un joli duo avec son père, la ballade alanguie intitulée Je n'suis personne. "Je suis très fier de ce morceau, confie Thomas Dutronc à VSD. C'est un morceau écrit spécifiquement pour lui, pour un homme de 70 ans. (...) C'était la première fois que je chantais avec lui, du moins sur disque, parce qu'on avait fait Les Cactus un an avant, à la télé, pour son anniversaire."

La première collaboration entre le père et le fils avait eu lieu au tout début de la carrière de ce dernier, en 1995, sur l'album de Jacques Dutronc, Brèves Rencontres. Alors guitariste en herbe, le jeune homme âgé de 22 ans à l'époque n'avait pas exprimé d'envie particulière pour la musique avant cela, malgré ses deux parents artistes. "Il n'y avait pas vraiment de guitares à la maison - à part un modèle farce, rose avec des nichons, un truc spécialement fabriqué pour une séance photo", explique-t-il à VSD. Sa passion pour la guitare est apparue tardivement, et son père n'a pas joué un grand rôle. "J'ai dû le voir composer une fois quand j'avais 15-16 ans. Il cherchait des trucs au synthé, mais la guitare, curieusement, alors que c'est par ça qu'il avait commencé, non, jamais il n'y touchait", explique-t-il. S'il lui a bien montré un truc ou deux, son paternel lui a surtout donné un conseil : "Écoute la radio et fais pareil". C'est donc vers son ami d'enfance Matthieu Chedid - que l'on retrouve sur ce nouvel album - que Thomas Dutronc s'est tourné pour lui chiper quelques idées.

Aussi admirative soit-elle, Françoise Hardy n'a pas forcément transmis son art à son fils. Elle l'a toutefois incité à prendre des cours de piano vers 12 ou 13 ans, mais il avoue qu'il préférait nettement les jeux vidéo. Travailler avec sa mère ne l'a jamais vraiment emballé non plus. "Ça n'est jamais facile de travailler en famille, explique-t-il, je ne cherche pas forcément cela, ça ne m'excite pas plus que ça". S'il a réalisé plusieurs arrangements pour elle, il confie également : "Elle a un sacré caractère, elle est très franche, ce qui est une qualité, mais question diplomatie... Et puis elle aime que les morceaux tristes. Alors, inutile que je lui parle des trucs gais de mon disque, ça lui passerait complètement au-dessus du ciboulot."

 
0 commentaire - Thomas Dutronc : "Il n'y avait pas vraiment de guitares à la maison"
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]