The Franklin Electric : "Etre soi-même provoque une sensation magnifique"

The Franklin Electric : "Etre soi-même provoque une sensation magnifique"©Indica Records, DR
A lire aussi

Aurélie Tournois, publié le 16 octobre

Alors que The Franklin Electric vient de publier son premier album This Is How I Let You Down, le groupe canadien était de passage à Paris jeudi 15 octobre à l'occasion du MaMa Festival. Nous en avons profité pour poser quelques questions à son chanteur, pianiste et saxophoniste Jon Matte.

Tu as commencé en accompagnant d'autres artistes. A quel moment as-tu décidé de te lancer toi-même sur scène ?

J'ai composé une chanson au piano et mes amis n'arrêtaient pas de me dire : "tu devrais chanter!". Avant ça, je n'avais jamais chanté, sauf au sein de chorales dans des églises. J'ai mis quatre ans avant de me lancer.

Quelles sont les aspects de ta vie qui t'inspirent au quotidien ?

La solitude. Personne ne sait qui je suis à l'intérieur. Je peux utiliser ma voix, faire des sons, et tu peux prétendre que tu me comprends, mais tu ne me connais pas. Il y a aussi l'autoréflexion et surtout ce sentiment de gloire à la fin du tunnel : être soi-même provoque une sensation magnifique.

Show Me The Quiet Air, commence a capella pendant près d'une minute. Cette voix qui surplombe les instruments, c'est une manière de se sentir vulnérable, de se mettre en danger ?

Oui, tu dois te sentir nu, presque embarrassé, te dire que tu as montré quelque chose de trop personnel et en être presque gêné. Si c'est ce que tu ressens, c'est probablement parce que tu as fait quelque chose de bien.

Vos textes sont à la fois mélancoliques et poétiques. Quels sont les sentiments que vous cherchez à exprimer ?

Le titre de l'album est basé sur un gars qui, constamment, se déçoit et cherche la voie la plus rapide et facile d'aller bien, en demandant à sa mère ou à son psy de lui dire que tout va bien, ou à un ami de lui fournir de l'alcool. Quand il se regarde dans le miroir il réalise qu'il doit faire face à ses problèmes. Il a enfin le sentiment de se sentir vivant. Car les gens se retrouvent coincés par toutes les raisons qu'ils se donnent pour justifier les mauvaises choses qu'ils font. Il ne faut pas se voiler la face, même si c'est douloureux et que notre passé est rempli de traumatismes.

Autoproduire votre album vous a-t-il permis de maîtriser davantage votre son, de le rendre plus authentique ?

On voulait juste obtenir quelque chose d'honnête. Nous avons travaillé avec un réalisateur, et ça n'a pas marché. Cette fois encore, je devais prendre un peu les choses en main, avoir confiance en moi. Je ne voulais pas faire l'autruche et me persuader que parce que quelqu'un le ferait à ma place ce serait mieux.

 
0 commentaire - The Franklin Electric : "Etre soi-même provoque une sensation magnifique"
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]