Sting, critiqué par la fachosphère pour avoir chanté "Inshallah" au Bataclan

Sting, critiqué par la fachosphère pour avoir chanté "Inshallah" au Bataclan©Abaca
A lire aussi

Sébastien Jenvrin, publié le 15 novembre

Un an après les attentats, le chanteur britannique a inauguré, ce samedi 12 novembre, la salle entièrement rénovée du Bataclan. L'occasion pour le rockeur d'interpréter quelques nouveaux morceaux, dont "Inshallah", qui ne passe pas auprès de l'extrême-droite.

"Délicat", "sobre", "émouvant"... Les retours des spectateurs présents au concert de Sting au Bataclan, qui rouvrait ses portes un an après les attentats de Paris ce samedi, ont été favorables. Pourtant, une autre voix se fait entendre sur les réseaux sociaux et dans une poignée de médias en ligne proches de l'extrême-droite. En cause ? Une chanson intitulée Inshallah, extraite du nouvel album de l'ex-chanteur du groupe Police, dont le titre et le thème dérange visiblement certains.

Un curieux parallèle entre Sting et Jesse Hughes

Dans un premier temps, plusieurs internautes se sont indignés de voir que le Bataclan avait refusé à Jesse Hughes, chanteur des Eagles of Death Metal, l'entrée au concert de Sting. Une décision affirmée par le codirecteur de la salle, Jules Frutos, et qui fait suite aux déclarations polémiques tenues par le chanteur durant les mois qui ont suivi les attentats. Déclarations qui accusaient notamment le service de sécurité du Bataclan d'être de mèche avec les terroristes. Plusieurs internautes ont reproché une injustice à refouler Jesse Hughes et dans le même temps accepter que Sting chante une chanson intitulée Inshallah. Gabriel Robin, Secrétaire général du collectif culture du Rassemblement Bleu Marine (FN), à l'origine de l'annulation du concert de Black M à Verdun, a dénoncé le "totalitarisme soft" qui conduit à la "censure" de Jesse Hugues.

Une chanson pour les réfugiés

Nombreux ont été les internautes à reprocher à Sting d'interpréter, en compagnie du trompettiste Ibrahim Maalouf, la chanson Inshallah dans l'enceinte du Bataclan. Extrait de son nouvel album, "57th & 9th", ce morceau raconte le parcours chaotique des réfugiés qui quittent leur pays en guerre pour rejoindre l'Europe, parfois au péril de leur vie. Un titre "pro-invasion migrants"selon @PascalLafont, une "insulte" selon ‏@Be00777 ou encore un "cri d'horreur" pour @franchescabonit. Autant de réactions visiblement imperméables au message d'espoir de Sting.

Baptisé "57th & 9th", en référence à l'intersection de New York qu'il empruntait chaque jour pour se rendre aux studios du label Cherrytree Records, ce nouvel album de Sting est sorti le 11 novembre. Enregistré "de façon impulsive" selon son producteur, il marque un retour à l'énergie rock de l'époque de Police.

 
1 commentaire - Sting, critiqué par la fachosphère pour avoir chanté "Inshallah" au Bataclan
  • [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]