Qui est Car Seat Headrest, ce digne héritier des Strokes ?

Qui est Car Seat Headrest, ce digne héritier des Strokes ?©Anna Webber, DR
A lire aussi

Sébastien Jenvrin, publié le 30 mai

Après plusieurs enregistrements autoproduits, le jeune Will Toledo et son groupe publient Teens of Denial, un disque de rock lo-fi qui rappelle la fougue des premiers Strokes.

Pull col en V, veste ajustée et lunettes rectangulaires... Derrière son look normcore, Will Toledo, la tête pensante de Can Seat Headrest, cache une belle énergie rock'n'roll et des riffs de guitare dégoupillés à grande vitesse. Originaire de Virginie où le gamin avait pris l'habitude d'enregistrer ses chansons dans sa voiture, le chanteur et guitariste réside aujourd'hui à Seattle. C'est ici, dans la ville qui a vu naître le grunge au début des années 1990, que le jeune homme a enregistré son deuxième album chez Matador Records. De 2010 à 2014, année de la signature avec le label new-yorkais, Toledo avait concocté seul dans son coin une dizaine d'enregistrements, avant de publier l'an passé Teens of Style (premier LP chez Matador Records), qui compilait les premiers morceaux de l'Américain.

Avec ce deuxième album officiel, Will Toledo confirme tous les espoirs qui se dégageaient de Teen of Style : ceux d'un rock lo-fi typiquement nineties savamment ressuscité. Entouré d'Andrew Klatz, Ethan Ives et Seth Dalby, le musicien de 24 ans conjugue la fougue adolescente des premiers Strokes, l'évidence mélodique de Pavement et le chant indolent de Beck. On pense également à toute une série de formations college rock, de Weezer à Replacements. Comme le prouve le single Vincent, l'énergie rock'n'roll du groupe est au service d'un goût prononcé pour les mélodies addictives. Sur ce titre, on croirait entendre un morceau de Parquet Courts, avant que quelques notes de trompette ne viennent troubler l'ambiance. "I pourred myself a drink/And told myself a lie" ("Je me suis servi un verre/Je me suis dit un mensonge"), y chante Toledo, à la manière d'un Julian Casablancas.

Côté paroles, le jeune rockeur cite parmi ses influences les textes du rappeur Kendrick Lamar, sa seule inspiration contemporaine. Teens of Denial est sorti le 20 mai uniquement en version digitale. Il faudra attendre juillet pour le support physique. La raison ? Le groupe The Cars n'a pas accepté l'utilisation d'un extrait d'une de ses chansons par Toledo, entraînant une mise au pilon de tous les CD et vinyles déjà édités.

Car Seat Headrest en concert à l'Espace B, à Paris, ce lundi 30 mai.

 
0 commentaire - Qui est Car Seat Headrest, ce digne héritier des Strokes ?
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]