Prince : 3 avancées accomplies par cet artiste hors-norme

Prince : 3 avancées accomplies par cet artiste hors-norme©Paul Natkin, Getty Images
A lire aussi

Sébastien Jenvrin, publié le 22 avril

Icône phare de la pop eighties, Prince était un artiste total, à la fois fringuant showman, génie créatif et musicien indépendant. Voici trois choses qui font de lui un visionnaire.

1. La libération des moeurs

Héritier de Little Richard et Jimi Hendrix, Prince a retenu de ces deux aînés leur faculté à érotiser la musique. S'il enchaînait les conquêtes dans la vie privée (Vanity, Kim Basinger, Madonna, Carmen Electra...), ses chansons n'étaient pas moins gorgées de sexe. Et ce dès son premier single, Soft and Wet, paru sur l'album For You (1978), écrit pour draguer une fille dont il était dingue. Sur fond de riffs funky et de basse groovy, ce lutin monté sur talonnettes (il mesurait 1m58) au look androgyne, faisait monter la température. Dirty Mind, Controversy, Sexuality... Ses morceaux frisent parfois la pornographie, évoquant le sexe débridé, l'inceste frère-soeur ou encore l'adultère. Sans lui, Madonna ou Rihanna seraient sans doute internées en psychiatrie.

2. Un musicien autoproduit

Au-delà des chansons, la musique de Prince a aussi repoussé les frontières de l'industrie musicale. Traumatisé après avoir été abandonné par son père musicien de jazz qui n'avait pu vivre de son art, le "Kid de Minneapolis" se décide très tôt à faire de la musique. Il compose son premier morceau dès 7 ans, monte son premier groupe à 13, et réalise, enregistre et publie son tout premier album, For You, en avril 1978 alors qu'il n'a que 19 ans. Dans les années 1990, réalisant que sa maison de disques Warner le dépossédait de son art, lui imposant des restrictions sur la fréquence des sorties, il décide de casser son contrat, de créer son propre label (NPG Records), et de se produire sous un autre nom que celui de Prince : ce sera la période Love Symbol.

3. Précurseur malheureux du streaming

Prince arrête définitivement de travailler avec Warner en 1996. Un an plus tard, il affirme davantage sa liberté princière en sortant directement sur Internet son album Crystal Ball, souhaitant supprimer tout intermédiaire entre son oeuvre et son public. Il est ainsi le premier artiste à avoir vendu un de ses albums en le mettant en ligne. Plus tard, se rendant compte que l'ère numérique ne rapporte pas un rond aux artistes, il décide de faire retirer ses chansons et extraits de concert de Twitter, Facebook, Instagram, YouTube et Soundcloud. Il ira jusqu'à déclarer en 2010 au Daily Mirror : "Je ne vois pas pourquoi il faudrait que je donne ma musique à iTunes ou à n'importe qui d'autre. (...) Internet, c'est comme MTV. À une époque, MTV c'était branché, et soudain c'est devenu ringard". Avant de disparaître complètement des plateformes de streaming.

 
0 commentaire - Prince : 3 avancées accomplies par cet artiste hors-norme
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]