Playlist : 10 slows incontournables pour se mettre dans l'ambiance

Playlist : 10 slows incontournables pour se mettre dans l'ambiance©AleksandarNakic, iStock
A lire aussi

Sébastien Jenvrin, publié le 14 février

Saint-Valentin oblige, vous ne couperez pas à notre playlist des slows indéboulonnables qui vont faire chavirer les âmes romantiques. N'essayez pas de lutter, car à la fin l'amour triomphe toujours.

Procol Harum, A Whiter Shade of Pale

Calé sur l'évolution d'accords et les fameux contrepoints du Canon de Pachelbel (à l'instar du Rain and Tears des Aphrodite's Child), ce tube de 1967 est aujourd'hui encore l'un des sommets de la pop baroque. De surcroît, ce slow est aussi un classique dans les mariages.

Michel Polnareff, Love Me, Please Love Me

La jeune génération l'ignore peut-être, mais Polnareff n'a pas toujours été ce monsieur à bouclettes et chemises ouvertes sur le poitrail qui fait les beaux-jours de la presse people. On en veut pour preuve son premier album - et sa chanson titre Love Me, Please Love Me - qui en fait le seul artiste français de l'époque avec Serge Gainsbourg capable de rivaliser haut la main avec la pop anglo-saxonne.

George Michael, One More Try

L'amour peut paradoxalement sauver les coeurs brisés, à condition de s'y laisser prendre une fois de plus. C'est cette hésitation que raconte feu George Michael sur ce slow déchirant, évoquant sa peur de s'engager à nouveau dans une relation amoureuse, après moult échecs.

Al Green, How Can You Mend A Broken Heart

De coeur brisé, il en est aussi question dans cette chanson écrite par les Bee Gees en 1971 et sublimé par le chanteur soul Al Green l'année suivante. L'Américain insuffle à cette superbe composition des Australiens quelque chose de quasi-religieux et sensuel en même temps.

Sinéad O'Connor, Nothing Compares 2 U

C'est une autre reprise qui a retenu notre attention avec le slow cultissime de Sinéad O'Connor, Nothing Compares 2 U. Une ballade écrite par Prince en 1984, transcendée avec sincérité par l'Irlandaise. Le clip, symbole de l'ère MTV, est aussi culte que la chanson, où l'on voit la jeune femme en plan serré, les cheveux rasés et la larme à l'oeil.

Serge Gainsbourg, Je t'aime moi non plus

Jugée obscène par le Vatican à sa sortie en 1969, Je t'aime moi non plus jouit d'un curieux paradoxe : avoir choqué une partie de l'opinion publique, tout en se vendant par palettes. Source du scandale ? Les râles érotiques des deux amants Gainsbourg et Birkin, qui chantent l'amour physique sur une mélodie et une orchestration d'orfèvre que les Anglais nous envient toujours, plus de 45 ans après.

Chris Isaak, Wicked Game

Inspirée par une relation empoisonnée subie par Chris Isaak, Wicked Game est sorti en 1989, mais n'a rencontré le succès que deux ans plus tard grâce à l'utilisation faite par David Lynch dans son film "Sailor et Lula". Le réalisateur tournera également le clip de ce slow envoûtant.

The Pretenders, I'll Stand By You

Tube planétaire de 1994, cette chanson des Pretenders rappelle que l'amour n'est rien sans amitié, soutien et compassion. La chanteuse Chrissie Hynde y appelle son amour à ne pas rester muet quand ça ne va pas et lui promet d'être toujours là, quoi qu'il arrive.

Harry Nilsson, Without You

Eh non, Mariah Carey n'est pas l'auteure de ce slow poignant. Ni même Harry Nilsson d'ailleurs, qui en a fait un tube en 1971 en sublimant la version du groupe britannique Badfinger. Numéro 1 du Billboard Hot 100 à sa sortie, elle a valu au singer-songwriter un Grammy Award du meilleur chanteur pop ou de variété en 1973.

Etta James, At Last

Standard du blues composé en 1941, At Last est devenu par la voix d'Etta James le slow le plus élégant jamais enregistré dans l'Histoire. Ce n'est pas un hasard si Barack Obama a choisi de danser sur ce classique avec Michelle pour ouvrir le bal de son investiture en janvier 2009.

 
0 commentaire - Playlist : 10 slows incontournables pour se mettre dans l'ambiance
  • [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]