Patrick Bruel : "Je trouve contre-productif que des artistes s'engagent"

Patrick Bruel : "Je trouve contre-productif que des artistes s'engagent"©Domine Jerome, Abaca
A lire aussi

Sébastien Jenvrin, publié le 29 novembre

Invité ce samedi dans l'émission On n'est pas couché sur France 2, le chanteur a évoqué ses reprises de Barbara, mais aussi sa crainte de la montée des populismes.

Samedi 26 novembre, Patrick Bruel était l'invité de Laurent Ruquier dans On n'est pas couché, à l'occasion de la sortie du CD/DVD "Bruel Barbara Live au Châtelet". Surpris par le succès de son album de reprises de la Dame en noir "Très souvent, je pense à vous..." (2015), qui lui a permis de partir en tournée, le chanteur l'est tout autant du faible écho de l'interprète de L'Aigle noir. "Je ne pensais pas qu'autant de gens ne connaissaient pas Barbara ou la connaissait si peu", a-t-il confié sur France 2, se disant surpris de ne pas plus entendre l'artiste sur les radios aujourd'hui. Pas peu fier d'avoir réussi à réunir son public et celui de la légende de la chanson française, Bruel explique avoir voulu "raconter (son) parcours à travers les mots de Barbara". À la fin de l'interview, Bruel a été interrogé sur la montée du Front national, l'occasion pour lui de rappeler qu'il préfère se considérer comme un "citoyen engagé" qu'un "artiste engagé".

Après le Brexit et Trump, Marine Le Pen ?

"On est dans un monde en pleine mutation", a déclaré Patrick Bruel d'un ton grave. "Ce n'est pas que la France qui est touchée par la montée des populismes, par le repli sur soi... Certains surfent sur les peurs et le désespoir des gens. Il faut très très vite proposer des solutions qui rassurent", a estimé celui qui s'est toujours positionné contre l'extrême-droite en France dans les années 1990. En 2014, une insulte antisémite de Jean-Marie Le Pen, prononcée à son encontre, avait d'ailleurs provoqué la perte de son immunité de parlementaire européen.

"Des gens qui ont voté quatre fois et qui ont ces quatre fois l'impression de s'être fait avoir se disent 'bon bah, on va essayer autre chose'. Mais cet autre chose n'a jamais marché nulle part", a expliqué le chanteur. Et de poursuivre : "L'inquiétude grandit car on ne s'attendait pas au Brexit, on ne s'attendait pas à Donald Trump, on s'attend pas à ce qui peut se passer en 2017. Il faut être vigilent."

Le statut d'artiste engagé en question

À la question, "Les artistes sont-ils assez engagés aujourd'hui ?", Patrick Bruel préfère être prudent, sans doute ayant compris la méfiance des gens à l'égard des politiques en général : "Je trouve contre-productif que des artistes s'engagent dans une campagne électorale. Ce qui s'est passé avec Hillary Clinton le prouve de manière cinglante."

"En revanche, qu'un artiste aille donner son sentiment sur un plateau télé ou dans la presse en ayant un tout petit peu étudié le dossier, pourquoi pas ?", poursuit le chanteur. On est bien loin du Patrick Bruel qui s'était engagé publiquement pour Nicolas Sarkozy en 2007.

 
0 commentaire - Patrick Bruel : "Je trouve contre-productif que des artistes s'engagent"
  • [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]