Nouvelle tête : Chevalrex, pop orchestrale fait maison

Nouvelle tête : Chevalrex, pop orchestrale fait maison©Louis Canadas, DR
A lire aussi

Sébastien Jenvrin, publié le 14 avril

Révélé en 2013 avec Catapulte, Rémy Poncet, seul maître à bord du projet Chevalrex, revient le 6 mai prochain avec Futurisme, un album entièrement réalisé en solo.

Méconnu du grand public, Chevalrex a été adoubé par la critique spécialisée en 2013, lorsqu'il publiait son premier essai baptisé Catapulte. Un disque qui "regorge de petits classiques branlants", écrivait alors Libération, quand Les Inrocks saluaient une "musique fantasmée entre chanson minimale, symphonie de poche, vignette sixties et collage sonore". Comparé à Mathieu Boogaerts, Stereolab ou encore à Jonathan Richman, Rémy Poncet, le jeune homme qui se cache derrière Chevalrex est aujourd'hui de retour avec un nouvel album sous ce nom. Baptisé Futurisme, le disque, qui contient douze titres, sortira le 6 mai prochain chez Vietnam/Because.

Graphiste originaire de Valence et à la tête du label Objet Disque - qui a notamment édité un autre petit nouveau de la chanson française, Barbagallo -, Rémy Poncet est également compositeur, arrangeur et producteur. Biberonné aux orfèvreries orchestrales de François de Roubaix et à la pop indépendante des années 1990, il a réalisé de A à Z le nouvel album de Chevalrex, jouant de tous les instruments et allant jusqu'à la conception de la pochette. Résultat ? Futurisme regorge de joyeusetés pop et orchestrales toutes goupillées en moins de trois minutes. Une formule qui réussit au jeune français, en témoigne le morceau d'ouverture Aussi loin déjà, symphonie de poche sur laquelle le chanteur entonne sa mélancolie sans aucun pathos : "Je laisse enfin s'enfuir ma vie d'adolescent / Pour désormais m'offrir quelques points culminants".

 
0 commentaire - Nouvelle tête : Chevalrex, pop orchestrale fait maison
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]