Nouvelle tête : A-Wa, les reines de l'électro-folk yéménite

Nouvelle tête : A-Wa, les reines de l'électro-folk yéménite©Hassan Hajjaj, DR
A lire aussi

Clara Lemaire, publié le 30 juin

Elles avaient séduit le public occidental en 2015 grâce au single Habib Galbi, un titre hypnotique aux influences électro, hip-hop et folk arabisant. Aujourd'hui les soeurs Haim débarquent avec leur premier album éponyme. Découverte.

Venues tout droit d'Israël, les soeurs Tair, Liron et Tagel Haim forment le trio A-Wa (prononcer "Ay-Wah"), qui veut dire "oui" en arabe. Nées dans un petit village du désert près de la frontière égyptienne, elles se passionnent pour la musique dès le plus jeune âge et se mettent naturellement à chanter ensemble dans plusieurs langues : l'hébreu, l'anglais, mais également le dialecte de leur grands-parents juifs yéménites. Chez elles, la musique fait partie de leur quotidien. Le jazz, le r'n'b, le reggae, le hip-hop, la musique grecque et yéménite ou bien encore le rock progressif rythment leurs journées, et vont influencer leur processus créatif par la suite. Après avoir étudié chacune de leur côté, les soeurs Haim se retrouvent chez leurs parents et décident alors d'enregistrer leurs premiers morceaux, et de poster les vidéos de leurs performances sur YouTube.

Repérées par Tomer Yosef du groupe Balkan Beat Box lui-même originaire du Yémen, les jeunes femmes signent sur son label en 2014 et sortent dans la foulée un premier single, Habib Galbi, un ovni musical mélangeant chant traditionnel yéménite et électro hip-hop obsédant qui fascine les fans de M.I.A et d'AraabMuzik. Leur clip crée d'ailleurs le buzz à sa sortie : visionné plus de trois millions de fois sur YouTube, il leur promet un avenir radieux. Aujourd'hui A-Wa présente son tout premier album éponyme après avoir travaillé d'arrache-pied tout une année à façonner le précieux.

Et le résultat est vraiment réussi. Habib Galbi est un joli mixe de sonorités orientales addictives et de beats électro et urbains, qui feraient danser n'importe quel réticent. Douze pistes qui arrivent avec brio à moderniser les chants traditionnels tout en abordant des thèmes que peu d'artistes de leur origine décident de traiter, comme les femmes et l'amour. "C'est surprenant et excitant parce que notre plus grand souhait, c'est de connecter les gens et de construire ce pont afin qu'ils puissent apprécier la musique, d'où qu'ils viennent. On amène un bol d'air frais, quelque chose de neuf. Plein de Yéménites nous disent 'merci pour votre musique, vous nous soutenez dans une période très difficile'", confiaient-elles au site Konbini l'année dernière.

Déjà adopté par le public français, A-Wa sera en concert cet été un peu partout dans l'Hexagone et passera notamment par le festival du Cabaret Frappé à Grenoble le 13 juillet, au festival des Musiques d'ici et d'ailleurs à Châlons-en-Champagne le 15 juillet, aux Vieilles Charrues à Carhaix le 17 juillet ou bien encore au festival Fnac Live, sur le parvis de l'Hôtel de Ville de Paris le 21 juillet prochain.

 
0 commentaire - Nouvelle tête : A-Wa, les reines de l'électro-folk yéménite
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]