Nekfeu : 3 bonnes raisons d'écouter "Cyborg"

Nekfeu : 3 bonnes raisons d'écouter "Cyborg"©Lise Tuillier / Bestimage, BestImage
A lire aussi

Clara Lemaire, publié le 11 janvier

Un peu plus d'un an après la sortie de "Feu" qui lui a valu la Victoire de la Musique du "Meilleur album de musique urbaine" en 2016, Nekfeu a fait son retour avant les fêtes avec "Cyborg", un album totalement inattendu, annoncé lors d'un concert. Un disque qui contrairement à son titre, prouve que le rappeur ne s'est pas transformé en robot malgré le succès. Si vous en doutiez encore, voici trois bonnes raisons d'écouter "Cyborg".

Pour l'effet de surprise

Toujours en tournée avec "Feu", l'album qui l'a révélé aux yeux du grand public et qui a fait de lui le nouveau rappeur français du moment, Nekfeu a créé le buzz jeudi 1er décembre 2016 en dévoilant lors de son concert à l'AccorHotels Arena l'arrivée surprise de son deuxième LP, "Cyborg", pour le lendemain. Une annonce tout droit inspirée des Kendrick Lamar et autres Beyoncé, qui ont tous deux sorti des disques l'année dernière alors qu'on ne les attendait pas. Une grande mode outre-Atlantique, à laquelle le rappeur que l'on compare souvent à Eminem n'a pas pu résister. Résultat, "Cyborg" a battu des records dès le lendemain de sa mise en ligne et est devenu l'album le plus streamé en une journée en France sur Spotify. Également certifié disque de platine en deux semaines d'exploitation seulement, il s'en est écoulé plus de 100 000 exemplaires. Tout ça, avec la seule force de frappe de sa fan base et sans aucune promotion. Un tour de force qui mérite d'être souligné.

Pour la qualité des productions et des textes

Influencé par les pierres angulaires du rap français telles que Booba ou NTM, Nekfeu a également une culture clairement issue du hip hop américain qu'il écoute beaucoup, comme Eminem (bien sûr) et Drake. Son flow, incisif et lascif à la fois, ainsi que ses prod percutantes et toujours soignées en sont largement inspirées (Mauvaise Graine, Squa). Côté textes, le rappeur parisien n'a jamais caché son amour pour la littérature française et s'en sert encore à bon escient sur "Cyborg" en kickant métaphores et allitérations avec une subtilité rare. Tout le contraire de ses collègues JUL et PNL, élus coqueluches de 2016 par on ne sait quelle opération du Saint Esprit. Ce n'est pas un hasard si Yann Moix, qui avait attaqué Nekfeu sur le plateau d'On n'est pas couché en septembre 2015 sur la qualité de ses chansons, qualifiant "Feu" d'"hématome sans coup", s'est platement excusé après avoir écouté "Cyborg".

Pour les riches collaborations

À l'instar de "Feu", Nekfeu s'est fait plaisir en termes de collaborations sur Cyborg. On retrouve donc des featurings avec ses acolytes de 1995, Alpha Wann (Vinyle) et Sneazzy (Saturne, avec S.Pri Noir), mais également avec le $-Croums (le $-Crew avec Doums de L'Entourage) sur le titre Le regard des gens, particulièrement efficace. Mention spéciale à Esquimau featuring Nepal, un son entêtant à la Disiz où les deux MC enchaînent les punchlines tour à tour sur un rythme effréné, et à Avant tu riais en duo avec la chanteuse Clara Luciani dont la prod en apesanteur aurait pu plaire à Kid Cudi.

 
1 commentaire - Nekfeu : 3 bonnes raisons d'écouter "Cyborg"
  • [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]