Mort d'Alan Vega, icône punk et leader de Suicide

Mort d'Alan Vega, icône punk et leader de Suicide©Peter Noble, Getty Images
A lire aussi

Sébastien Jenvrin, publié le 18 juillet

Précurseur de la scène punk new-yorkaise, Alan Vega est décédé samedi 16 juillet, à l'âge de 78 ans. Il a été un pionnier de la musique électronique avec le duo Suicide.

L'Elvis Presley des caniveaux a rejoint son idole d'adolescent. Pionnier du punk new-yorkais, précurseur extrémiste de la musique électronique, Alan Vega "est parti paisiblement dans son sommeil la nuit dernière", a indiqué Henry Rollins, ancien leader du groupe Black Flag et ami du chanteur, dans un communiqué rédigé par sa famille. "Alan n'était pas qu'infatigablement créatif - écrivant de la musique et peignant jusqu'à la fin-, il était aussi étonnamment unique", poursuit le communiqué.

Né Boruch Alan Bermowitz en 1938 à Brooklyn, New York, celui qui connut une vocation de peintre avant de devenir musicien, est décédé ce 16 juillet 2016, à l'âge de 78 ans. Diplômé en art du Brooklyn College, Bermowitz a cofondé à la fin des années 1960 le MUSEUM : Project of Living Artists, un lieu alternatif new-yorkais accueillant les artistes de tous horizons. Rebaptisé Alan Suicide, puis Alan Vega, il y fait la rencontre de Martin Reverby dit Martin Rev, à l'époque musicien de jazz expérimental. Au même moment, Alan Vega a un deuxième coup de foudre artistique -le premier étant Elvis Presley- en découvrant la musique rageuse des Stooges et son chanteur charismatique Iggy Pop.

C'est en 1970 que se forme le duo Suicide composé d'Alan Vega et Martin Rev. Pendant plusieurs années, le tandem multiplie les concerts radicaux, où le timbre de crooner rockabilly de Vega se mêle aux décharges synthétiques et autres boîtes à rythmes de Rev. Il faut attendre l'année 1977 pour voir l'arrivée du premier LP de Suicide, qui fait l'effet d'un manifeste punk au même titre que Never Mind the Bollocks des Sex Pistols ou Blank Generation de Richard Hell and the Voidoids. Mais contrairement à ses camarades réunis sous la même bannière punk, Suicide faisait dans le minimalisme extrême. Sans la moindre note de guitare, le duo est parvenu à produire une musique sèche et violente, marquée par les effets stromboscopiques de la boîte à rythmes et des gimmicks de synthés répétitifs. La voix d'Alan Vega, tel un Elvis déchaîné, était celle d'un crooner primitif.

Après l'échec de son deuxième album, Alan Vega - Martin Rev (1980), Suicide décide de mettre son activité entre parenthèses. Alan Vega se lance alors en solo et parvient même à avoir un petit tube en France avec le morceau Jukebox Babe (1980). Les rapports de l'artiste avec la France ont aussi été marqués par une collaboration touchante avec le chanteur Christophe. Ce dernier ayant fait appel à l'Américain pour le morceau L'As Vega, extrait de son album Bevilacqua (1996). Cette année, le Français s'est une nouvelle fois associé à son ami en interprétant en duo la chanson Tangerine, sur l'album Les Vestiges du chaos. Il s'agit du tout dernier enregistrement d'Alan Vega.

 
0 commentaire - Mort d'Alan Vega, icône punk et leader de Suicide
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]