Molly Burch, la Françoise Hardy du Texas

Molly Burch, la Françoise Hardy du Texas©Dailey Toliver, DR
A lire aussi

Sébastien Jenvrin, publié le 21 février

Californienne installée à Austin, Texas, Molly Burch fait revivre les ballades country et doo-wop du début des années 1960 avec un premier album inspiré d'une rupture amoureuse.

Il y a d'abord ce grain de voix suave, qui véhicule tout un imaginaire glamour, puis ces mélodies vintage qui renvoient à un certain âge d'or de la pop, celle de la fin des fifties et du début des sixties. Un ensemble qui donne aux chansons de Molly Burch un charme presque cinématographique. Ça tombe bien, la chanteuse a été élevée à Hollywood par un père producteur exécutif et une mère directrice de casting. Si son environnement familial a toujours encouragé la créativité artistique, c'est du côté de la chanson que l'Américaine a trouvé sa voie. Une bonne nouvelle, tant le premier album "Please Be Mine" déploie des couleurs au charme délicieusement rétro.

10 nuances de gris

Downhearted, Loneliest Heart, Torn to Pieces... Pas besoin d'avoir fait anglais renforcé pour comprendre que les chansons de Molly Burch évoquent le sentiment amoureux sous toutes ses coutures, notamment les moins joyeuses. Et pour cause, c'est à la suite d'une rupture que l'Américaine a écrit les dix titres qui composent son premier essai. Bien décidée à remonter la pente, la jeune femme a quitté Asheville, la ville de Caroline du Nord où elle avait rencontré son ex-boyfriend, le guitariste Dailey Toliver, pour s'installer seule à Austin. C'est là qu'elle a eu l'idée d'exorciser son malheur en musique, s'attelant pour la première fois seule à la composition de nouvelles chansons. Ironie du sort pour cette artiste à l'enfance hollywoodienne : sa romance déçue se termine en happy end, son amoureux de musicien ayant fini par s'installer avec elle à Austin et assurant même la guitare principale sur l'album.

À l'instar de Françoise Hardy ou Dusty Springfield, les bluettes faussement naïves et mélancoliques de Molly Burch évoquent la complexité du sentiment amoureux. Comme sur le premier single Downhearted, où elle ne peut s'empêcher de se demander ce que fait son ex, tout en découvrant les joies de la solitude. Musicalement, la Texane d'adoption oscille entre folk (Wrong for You), soul (Please Forgive Me), doo-wop (Not Today) et country (Downhearted), sans fioritures dans les arrangements. Normal, l'album a été quasiment entièrement enregistré en une seule prise. Mais c'est bel et bien la voix de Molly Burch qui fait mouche sur "Please Be Mine". Sexy, suave et envoûtante, elle évoque aussi bien Hope Sandoval qu'Angel Olsen. Romantique jusqu'au bout de la frange, l'Américaine signe un disque langoureux à écouter à deux un soir de pleine lune.

 
0 commentaire - Molly Burch, la Françoise Hardy du Texas
  • [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]