Mac DeMarco en concert à La Cigale : on y était

Mac DeMarco en concert à La Cigale : on y était©Getty Images
A lire aussi

Sébastien Jenvrin, publié le 16 septembre

Le Canadien était hier soir à Paris pour jouer sur scène les morceaux de son dernier album, Another One. Retour sur le concert rock qu'il ne fallait pas manquer en cette rentrée.

Des mois que l'événement affiche complet à La Cigale, avant même que Mac DeMarco ait sorti son mini-album, Another One, début août. La raison de cet engouement ? L'album Salad Days, sorti en avril 2014, qui a scellé la réputation de ce génie pop lo-fi un peu timbré et a élargi grandement le cercle de ses fans. Surpris par la rapidité avec laquelle les places se sont écoulées et sans accréditation, c'est par l'intermédiaire d'un site de vente d'occasion que l'on a pu se procurer le précieux sésame.

Lorsqu'on arrive dans la célèbre salle parisienne, Anders Rhedin, alias Dinner, se charge de préparer l'ambiance. La voix grave du Danois, seul sur scène, invite le public à se prendre la main, tout en effectuant de drôles de chorégraphies sur fond de rythmes new-wave syncopés. Il est environ 21h lorsqu'il laisse la place à son collègue du label Captured Tracks.

La dernière fois qu'on a vu Mac DeMarco sur scène, c'était en décembre 2012 au Point Ephémère. Moins connu à l'époque, le Canadien avait passé son concert à roter entre chaque morceau. Pas de rototo hier soir à La Cigale, mais une voix de robot pour communiquer avec le public. "On va jouer des chansons du dernier album, mais aussi d'autres plus anciennes", prévient d'emblée le chanteur vêtu de son vieux t-shirt Nirvana délavé, avant d'attaquer les premières notes de The Way You'd Love Her, titre d'ouverture d'Another One. Comme promis, il enchaîne avec Salad Days, chanson-titre de son album précédent, dont les choeurs sont repris à l'unisson par toute la salle.

Il ne faut pas attendre plus longtemps que le troisième morceau, le sautillant The Stars Keep On Calling My Name, extrait de l'album 2 (2012), pour que le public s'enflamme, fasse vibrer le parquet de La Cigale et entame une série de slams qui durera jusqu'à la fin de la soirée. Sur scène, le bassiste et le guitariste - pieds et torse nus - qui épaulent Mac DeMarco en première ligne ne sont pas moins dingos. Il faut également compter sur un roadie, aussi bien capable de prêter main forte sur un solo de guitare que sur l'éviction de ceux - malheureusement trop nombreux ce soir-là - qui se tapent l'incruste sur scène pour leur petit quart d'heure de gloire.

Ode To Viceroy, Let Her Go, Another One... Le groupe donne un coup de boost à ses tubes mais est aussi capable de ralentir le tempo, comme sur l'excellente ballade romantique Without Me. La complainte Still Together devient sur scène une improvisation grunge sur laquelle Mac DeMarco en profite pour effectuer un slam d'anthologie au milieu de la foule. Quand vient l'heure de faire un rappel, le groupe décide de reprendre quelques classiques hard-rock, dont le mythique Smoke On The Water de Deep Purple, en version accélérée. Du grand n'importe quoi, aussi jouissif qu'assourdissant.

 
0 commentaire - Mac DeMarco en concert à La Cigale : on y était
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]