Les Innocents : "Nous n'avons pas l'impression d'être des parrains"

Les Innocents : "Nous n'avons pas l'impression d'être des parrains"©Richard Dumas, DR
A lire aussi

Sébastien Jenvrin, publié le 2 juin

Séparé en 2000, le duo mythique de la pop française des années 90 est enfin de retour avec un cinquième album intitulé Mandarine. Pour le magazine Magic, JP Nataf et Jean-Christophe Urbain évoquent leurs retrouvailles et la confection de ce disque inespéré.

Fous à lier, Un monde parfait, Colore, L'autre Finistère, Jodie... Ces tubes des Innocents ont fait les beaux jours de la pop française dans les années 90. Séparés il y a quinze ans, JP Nataf et Jean-Christophe Urbain signent aujourd'hui leur grand retour dans le paysage musical français. En 2003, le duo amorçait ses retrouvailles dans les studios Abbey Road, pour le mastering de leur compilation Meilleurs souvenirs, mais ce n'est qu'en 2015 que l'on peut entendre de nouvelles choses du tandem. "Disons qu'on a pris notre temps", déclare avec humour JP Nataf. La séparation a été effective à partir du moment où Jean-Christophe Urbain a eu envie d'arrêter. Il explique aujourd'hui : "J'éprouvais simplement le besoin de faire une pause (...). Avant même d'entrer en studio pour notre quatrième album (NDLR, Les Innocents, 1999), j'avais confié mes doutes à JP. Je ne ressentais plus la même générosité lorsqu'on travaillait ensemble."

La raison de ce retour est tout aussi simple. "On a simplement eu envie de refaire de la musique tous les deux", confie JP Nataf à Magic. Les deux musiciens se sont retrouvés en 2011 dans une formule réduite au simple duo, le temps de quelques concerts, sans imaginer qu'un nouvel album verrait le jour aujourd'hui. "On doutait encore sincèrement de pouvoir encore sortir un disque avec dix nouvelles chansons, mais on a fini par se prendre au jeu", confie Jean-Christophe. Si la musique a beaucoup évolué depuis les années 90, le duo n'a pas changé d'un poil. Un décalage sur lequel les deux musiciens semblent être lucides. À commencer par l'anachronisme que peut représenter le nom "Les Innocents". "C'est gentiment ridicule, mais plus sexy que JP Nataf & Jean-Christophe Urbain", explique le premier, avant de poursuivre : "Il n'y a plus tellement de noms en 'Les' aujourd'hui".

La Femme, Aline ou François & The Atlas Mountains sont autant de formations actuelles qui s'inspirent de la pop anglo-saxonne mais qui ont fait le choix de chanter en français. Un choix qui a fait le succès des Innocents à leur époque. Cependant, le duo refuse aujourd'hui d'être considéré comme une figure tutélaire. "Nous n'avons pas l'impression d'être des parrains. Surtout que nous n'avons jamais appartenu à une famille, confie JP Nataf. La cote de sympathie des Innocents vient probablement du fait que nous étions au croisement de la bonne variété française et d'un certain rock anglais ou américain un peu branleur."

 
0 commentaire - Les Innocents : "Nous n'avons pas l'impression d'être des parrains"
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]