Kamini : après le tube "Marly-Gomont", place au film

Kamini : après le tube "Marly-Gomont", place au film©Franck CRUSIAUX, Getty Images
A lire aussi

Clara Lemaire, publié le 30 mai

Dix ans après son tube Marly-Gomont, Kamini porte son histoire au cinéma, ou plutôt celle de son père africain, qui s'installe dans un petit village de Picardie pour exercer la profession de docteur.

En 2006, Kamini créait la surprise avec son morceau, Marly-Gomont, un "rap rural" dans lequel il racontait avec humour sa vie dans la campagne profonde de Picardie. Numéro un des ventes pendant quatre semaines, le single s'était écoulé à plus de 380 000 exemplaires, récoltant un disque de platine au passage. Un raz-de-marée qui avait propulsé le rappeur et le petit village de Marly-Gomont dans l'Aisne sur le devant de la scène pendant quelques mois. Si Kamini est aujourd'hui plutôt discret dans la musique, il s'est toutefois essayé à la scénarisation en portant sur grand écran l'histoire de son père (décédé tragiquement dans un accident de voiture en 2009) dans le film Bienvenue à Marly-Gomont.

Fraîchement diplômé en médecine de l'université de Kinshasa, Seyolo Zantoko débarque en Picardie en 1975 avec sa femme et ses deux enfants pour y exercer sa profession. Mais à l'époque, les habitants de Marly-Gomont n'ont encore jamais vu de Noirs, et la famille va devoir se confronter au racisme et à la méfiance. A l'école, les enfants ont du mal à s'intégrer : Kamini est surnommé "bouana", "pépito" et "bamboula", et sa soeur "noiraude". Son père va donc tout faire pour casser les barrières et faire accepter sa famille auprès des villageois.

"C'est un hommage à mon père (...) C'est une histoire d'amour entre deux cultures différentes, un village et une famille, un village et son médecin", explique Kamini à la Voix du Nord. "C'est une comédie sociétale (...) C'est un sujet très actuel, aussi bien le racisme, que les déserts médicaux", ajoute-t-il. Dans les rôles titres, on retrouvera Marc Zinga (La fille inconnue, Dheepan, 007 Spectre), Aïssa Maïga (Prêt à tout, L'écume des jours, Je vais bien, ne t'en fais pas) Jonathan Lambert qui incarnera le maire de Marly-Gomont et Kamini bien sûr, qui assurera la voix-off. Côté réalisation, c'est Julien Rambaldi (Les meilleurs amis du monde) qui a été choisi pour être derrière la caméra. Le film aura-t-il autant de succès que la chanson ? Réponse en salle le 8 juin prochain.

 
0 commentaire - Kamini : après le tube "Marly-Gomont", place au film
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]