John Lennon : sa carrière solo en 5 chansons

John Lennon : sa carrière solo en 5 chansons©Getty Images
A lire aussi

Sébastien Jenvrin, publié le 9 octobre

Ce vendredi 9 octobre, l'ex-Beatles aurait eu 75 ans. Pour célébrer l'événement, voici une sélection de cinq chansons qui reflètent les différentes facettes du chanteur.

La plus pacifiste : Imagine

Habitué à chanter ses engagements antimilitaristes de manière plus ou moins énervée, John Lennon décide en 1971 de changer de méthode et d'"enrober son message politique avec un peu de miel", selon ses propres mots. Résultat, la ballade au piano Imagine sera un énorme succès et scellera à jamais son statut d'icône "peace and love".

La plus nerveuse : Well Well Well

Les morceaux de John Lennon, ce ne sont pas que des ballades pleines de guimauve. Au début des années 70, il décide de suivre une thérapie basée sur le cri primal. L'objectif ? Crier de tout son coeur pour expulser ses diverses frustrations et colères. Le chanteur adapte ce procédé cathartique en musique sur le morceau électrique Well Well Well, qui sonne comme du Kurt Cobain (Nirvana) avant l'heure.

La plus mélancolique : Jealous Guy

Basée sur une composition de l'époque où les Beatles planchaient sur leur mythique "album blanc", Jealous Guy était, à l'origine, une chanson inspirée du voyage en Inde effectué par le groupe en 1968. En 1971, Lennon change les paroles et accouche d'une magnifique ballade mélancolique dont il a le secret. Aujourd'hui encore, il s'agit du titre le plus repris de sa discographie.

La plus romantique : Oh Yoko!

N'en déplaise aux adeptes du Yoko Ono bashing, l'une des meilleures chansons écrites par John Lennon, période Beatles comprise, a été inspirée par sa muse japonaise. Portée par une mélodie que n'aurait pas reniée The Kinks, produite par Phil Spector et accompagnée au piano par Nicky Hopkins, Oh Yoko! est LA déclaration d'amour ultime du chanteur.

La plus féministe : Woman

Anticapitaliste, antimilitariste et anti-religion, John Lennon s'ouvre au début des années 70 au féminisme, sous l'influence de Yoko Ono. Après avoir écrit Woman Is the Nigger of the World en 1972, qui dénonce le traitement réservé aux femmes dans l'histoire, il rempile en 1981 avec une antienne féministe intitulée Woman. Sans doute inspiré, Julien Clerc publie Femmes, je vous aime un an après.

 
0 commentaire - John Lennon : sa carrière solo en 5 chansons
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]