James Blunt : que vaut "The Afterlove" ?

James Blunt : que vaut "The Afterlove" ?©Jimmy Fontaine, DR
A lire aussi

Clara Lemaire, publié le 20 mars

Quatre ans après "Moon Landing", James Blunt est de retour avec "The Afterlove", un album surprenant qui pourrait l'aider à renouer avec le succès.

On avait quitté James Blunt en 2013 avec le sirupeux "Moon Landing", sauvé par quelques titres radiophoniques, mais sans grand intérêt. Aujourd'hui le Britannique est de retour avec "The Afterlove", un disque qui s'annonce comme une renaissance après plusieurs LP en demi-teinte.

Ed Sheeran l'a aidé à se décoincer

Premier bon point, James Blunt a fait appel à son ami Ed Sheeran pour l'aider à façonner ce nouvel album. Éteint par les critiques assassines au fil des disques, l'interprète de Bonefire Heart l'avoue lui-même : il s'était relâché. Jusqu'au jour où la jeune star britannique qui triomphe aujourd'hui avec "Divide" le remette dans le droit chemin en lui réapprenant à composer. "Ed a dit 'Allez, c'est ton job, écrivons quelque chose de franc et d'authentique'. C'était une véritable éducation. Ça m'a ramené à mes débuts", a confié James Blunt à l'émission People.

De cette collaboration sont nés deux morceaux, le très réussie Bartender où l'on sent clairement la patte Sheeran (autant dans la mélodie que dans le phrasé) et Make Me Better, dédié à sa femme Sofia Wellesley - sa chanson la plus personnelle à ce jour. Un travail qui a également payé sur le reste des titres, où James Blunt a retrouvé la confiance qui lui avait fait défaut sur ses précédents albums. "J'avais besoin qu'un jeune garçon me montre", a-t-il expliqué en toute humilité.

Un vent de modernité sur les productions

Mais James Blunt s'est également entouré des faiseurs de tubes du moment, le producteur Ryan Tedder (du groupe One Republic), la parolière MoZella (Rihanna, Madonna, One Direction...), la collaboratrice de longue date d'Ed Sheeran Amy Wadge, ou bien encore Stephen Moccio (à l'origine des tubes Earned It de The Weeknd et Wrecking Ball de Miley Cyrus).

Autant d'artistes qui ont aidé James Blunt à sortir de sa zone de confort et redessiner son image de chanteur pop grâce à de véritables tubes (si, si). Love me better et sa production tropicale ultra efficace où le Britannique est au summum de son humour ("Saw you standing outside a bar / Would have said 'you're beautiful', but I used that line before"), la très moderne California ou bien encore l'addictive Lose My Number qui pourrait bien être l'un des cartons de l'été. On est très loin de Goodbye My Lover et You're Beautiful, et c'est tant mieux.

 
0 commentaire - James Blunt : que vaut "The Afterlove" ?
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]