Grand Blanc : trois bonnes raisons d'écouter "Mémoires vives"

Grand Blanc : trois bonnes raisons d'écouter "Mémoires vives"©Camille Picquot, DR
A lire aussi

Sébastien Jenvrin, publié le 26 février

Un an et demi après un EP prometteur, le quatuor français originaire de Metz revient avec un premier album de pop hybride et littéraire.

1. Pour l'âpreté des textes en français

Dès ses premiers singles, Grand Blanc avait marqué les esprits par des textes en français particulièrement stylés, faisant de lui le groupe le plus lettré de la french pop, avec Feu! Chatterton. Si les Parisiens semblent influencés par les poètes romantiques tels que Baudelaire, c'est du côté des Surréalistes que les Messins sont allés chercher leur inspiration. Au point de reprendre L'Amour fou, un récit d'André Breton. Suffit d'écouter le refrain du single Surprise Party pour se rendre compte de la connexion avec ce mouvement littéraire : "Surprise ! Parti/Un jour on rallume et tout le monde est parti/Les revenants tardent et les regrets criblent/Souffle tes bougies comme les enfants terribles". Le groupe cite également d'autres plumes, telles que René Char, Robert Desnos et Paul Eluard.

2. Pour les voix entre masculin et féminin

Comme à l'époque de son EP éponyme, paru en 2014, Grand Blanc alterne entre masculin et féminin, entre la voix caverneuse de Benoît et celle, douce et indolente, de Camille. Ce qui donne, d'une chanson à l'autre un ton, une ambiance différente : post-punk quand Benoît est derrière le micro, plutôt pop eighties quand c'est Camille qui chante. Les deux voix chantent aussi parfois à l'unisson comme sur le morceau Les abonnés absents, où elles finissent par se fondre en une seule voix grâce au vocoder.

3. Parce qu'il fait sauter les frontières entre les genres

A l'époque du premier EP, on avait rangé les ambiances glacées de Grand Blanc sous l'étiquette "new wave", en comparant leur musique à celle d'autres esthètes de la french pop tels que Lescop ou Perez. Avec Mémoires vives, les Messins prouvent qu'ils n'ont que faire des étiquettes, allant du synthétisme eighties (Surprise Party) à l'electroclash (Désert désir) en passant par des colorations sonores proches du r'n'b (Evidence). Plus qu'un disque de new wave, Mémoires vives est avant tout une affaire de pop, au sens large.

 
0 commentaire - Grand Blanc : trois bonnes raisons d'écouter "Mémoires vives"
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]