Gérald de Palmas a "besoin d'être aimé"

Gérald de Palmas a "besoin d'être aimé"©Stéphane Vansteenkiste, BestImage
A lire aussi

Fabien Gallet, publié le 8 août

En marge du Festival Nuits du Sud à Vence, Gérald de Palmas s'est confié dans les pages du journal Nice-Matin. L'occasion pour le chanteur de 49 ans d'aborder les hauts et les bas de la vie d'artiste.

Gérald de Palmas est sur la route depuis près de 25 ans. Depuis la sortie de son dernier album "La Beauté du geste", en 2016, l'artiste a renoué avec le succès, après une mauvaise passe, tant sur le plan musical (un disque en anglais) que personnel (un divorce). "Ah, si on pouvait mettre de côté l'ego, on se dit que l'échec est indispensable pour avancer", reconnaît-il dans l'édition datée du 6 août 2017 du journal Nice-Matin.

"À chaque fois que je me plante, je me déteste"

Le chanteur sait toutefois qu'il peut tirer du positif dans chaque mésaventure. "C'est comme un tâtonnement à l'aveugle dans un couloir : il faut d'abord se cogner de chaque côté avant de savoir où se diriger. À chacun de mes échecs, il m'est arrivé un truc bien derrière", estime Gérald de Palmas, avant de préciser : "Mais à chaque fois que je me plante, je me déteste et je déteste tout le monde."

L'interprète de J'en rêve encore n'a d'ailleurs pas hésité à évoquer ses hauts et ses bas dans son dernier disque. "Un album, c'est un peu un strip-tease (...), on se met forcément un peu à poil devant les gens", confie-t-il. Des gens à qui il souhaite toujours plaire. "Mon problème aujourd'hui, c'est plus mon besoin d'être aimé. C'est très chiant, une vraie dépendance. Je veux être aimé aussi bien du public que de la caissière de supermarché", conclut-il.

 
0 commentaire - Gérald de Palmas a "besoin d'être aimé"
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]