Festivals : une centaine supprimée suite aux baisses de subventions

Festivals : une centaine supprimée suite aux baisses de subventions©Abaca
A lire aussi

Sébastien Jenvrin, publié le 18 mars

Une centaine de festivals à travers la France ont été supprimés ou annulés en 2015, en raison principalement des coupes budgétaires pratiquées par les collectivités locales ou régionales, annonce Le Parisien, qui publie une carte interactive.

Festivals de musique, mais aussi de cinéma, de théâtre, de littérature, d'arts plastiques ou d'arts de rue ont subi cette année des coupes drastiques dans leur budget, obligeant certains à fermer le rideau. C'est le triste constat relevé par une médiatrice culturelle du Nord, Emeline Jersol, qui recense sur une carte interactive baptisée "cartocrise", les lieux ou événements culturels déjà supprimés : 143 à ce jour, dont une centaine de festivals, annonce Le Parisien. Parmi eux, le festival de musique classique le plus vieux de France, apparu en 1932. Ou bien Les Voix du Gaou, dans le Var, qui avait fait venir des artistes internationaux comme Sting ou Placebo, ou encore les Muzik'Elles, en Seine-et-Marne, qui ont fait chanter Véronique Sanson ou Christophe Maé.

De quoi inquiéter sérieusement les milieux culturels, au premier rang desquels l'association France Festivals, dont le président Jean-Philippe Toussaint confirme au Parisien que "la situation est très tendue". Les raisons de cette situation sont nombreuses. "Chute de fréquentation, inflation des cachets, mais surtout sanglantes coupes budgétaires, décidées par les villes, les conseils généraux et les conseils régionaux, principaux soutiens financiers", explique le quotidien. L'Etat oblige donc les collectivités locales à faire des choix drastiques, mais les municipales 2014 sont également passées par là, entraînant des changements de majorité, parfois synonyme d'arrêt des soutiens. "Un nouveau maire, c'est un nouveau réseau. 'Je te sabre parce que t'as soutenu l'autre !'"explique au Parisien Emmanuel Négrier, chercheur au CNRS et auteur du livre Festivals de musiques : Un monde en mutation.

De leur côté, les festivals de musique plus importants ne sont pas en reste. Selon Jean-Paul Roland, le directeur des Eurockéennes de Belfort, "même les gros festivals sont menacés" en raison des baisses de subventions et de la réorganisation des régions. Un constat partagé par Emmanuel Négrier, qui ne voit pas l'avenir en rose. "Cette crise va empirer, car les festivals sont à la fois plus dynamiques et plus fragiles qu'avant. La fusion des régions aura des conséquences, tant en termes de crédits pour la culture que de nouveaux changements politiques."

 
0 commentaire - Festivals : une centaine supprimée suite aux baisses de subventions
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]