EXCLU - Liane Foly : "Être crooneuse, c'est une attitude"

EXCLU - Liane Foly : "Être crooneuse, c'est une attitude"©Sony, DR
A lire aussi

Clara Lemaire, publié le 22 mars

Liane Foly est de retour en chansons avec l'album Crooneuse, dans les bacs depuis le 18 mars. Un disque où la chanteuse reprend de grands standards en version jazz, et qui devrait ravir les amateurs du genre, comme le public des débuts. Rencontre.

Après huit ans d'absence dans la musique, ça fait quoi d'enregistrer un nouvel album ?

Je n'ai pas l'impression de m'être arrêtée, parce que je n'ai pas vu passer ces huit dernières années. J'ai fait La Folle parenthèse avec deux ans et demi de tournée, puis La Folle part en cure et j'ai enchaîné tout de suite au Palais Royal avec la pièce de théâtre Jamais 2 sans 3. Mais par contre, j'ai toujours eu cette envie de reprendre le travail en studio avec les musiciens dans cette ambiance big band, avec la liberté de retravailler des morceaux. Pour moi ça a été un exercice vocal intéressant, et puis sur scène je vais m'éclater avec ces chansons.

Peut-on considérer cet album comme une sorte de transition entre votre carrière d'imitatrice et votre retour à la chanson ?

Pour moi, cet album-concept était la suite logique. J'ai fait une merveilleuse rencontre avec Franck Eulry, qui est un arrangeur et un homme vraiment exceptionnel. On a eu une véritable rencontre artistique. Je pense que c'est mon alter-ego, c'est le pendant d'André Manoukian. C'était quelqu'un qui me manquait dans ma vie artistique. C'était fluide et naturel, ça doit s'entendre quand on écoute l'album. Maintenant on est prêts à faire la suite.

En parlant d'André Manoukian, vous n'aviez pas envie de l'inviter à participer à cet album, vu son envergure jazz ?

Mais si, mais André a une vie de ministre maintenant ! Il ne peut jamais, il est pris dans tous les sens, c'est infernal. Bien sûr qu'on aurait eu envie de l'inviter. Mais en tout cas, il a adoré l'album.

Comment avez-vous choisi les titres ? Le choix a dû être très difficile...

J'ai fait une liste de toutes les chansons que je voulais faire et puis on les a essayées comme dans un laboratoire. En fait je crois que chaque titre correspond à un moment de ma vie, comme Voilà c'est fini de Jean-Louis Aubert. C'est une chanson délicate sur la rupture sentimentale très bien écrite, mais avec un second degré et avec une envie de s'en sortir. Ayant vécu une rupture très difficile il y a trois ans maintenant, je voulais quelque chose de fort pour illustrer ça.

Avez-vous une chanson favorite sur cet album ?

J'aime beaucoup J'aime regarder les filles de Patrick Coutin. C'est un clin d'oeil, car j'ai toujours aimé les femmes. Je suis leur amie depuis très jeune car ma mère m'a éduqué comme ça. J'ai fait de la danse, j'ai été dans une école de soeurs donc j'ai beaucoup côtoyé les femmes et aujourd'hui elles ont une grande place dans ma vie. Mais j'aime aussi le titre Jardin d'hiver, c'est doux, c'est féminin. J'aimais beaucoup Henri Salvador, on se connaissait bien, mais on n'a jamais eu l'opportunité de chanter ensemble. J'aurais bien aimé. Ce sont des choses qu'on regrette avec le temps.

Vous avez d'autres regrets artistiques ?

Ce que je regrette le plus dans ma carrière, c'est Barbara. Je lui ai demandé un jour de faire un Taratata avec moi, mais elle m'a dit : "Mais mon p'tit, je ne me montre plus à la télévision, je ne veux plus aller à la télévision. Par contre, vous pouvez me demander tout ce que vous voulez, je vous fais un album si vous voulez". Je n'ai jamais osé lui dire oui sur le moment, ni lui proposer d'en reparler. J'aurais adoré avoir un album signé Barbara dans ma vie. Maintenant elle est un peu loin pour qu'on bosse !

Avec qui aimeriez-vous collaborer aujourd'hui alors ?

J'aime bien l'univers de Keren Ann. C'est une très belle femme que j'ai rencontré il n'y a pas très longtemps. Elle a la sensibilité de toutes ces femmes que j'aime. Les voix qui me touchent sont ces voix douces, délicieuses, j'aime toutes les voix et pas forcément celles auxquelles on s'attend, parce que les voix des divas du jazz sont souvent cassées, très fragiles. J'aime aussi la voix de Françoise Hardy et de Carla Bruni par exemple.

Ces femmes sont des "crooneuses" pour vous ?

Oui, car être une "crooneuse", ce n'est pas forcément une grande voix, mais plutôt une identité vocale forte. C'est un caractère, mais aussi une attitude. C'est blues, soul, rock'n'roll, ça peut être beaucoup de choses à la fois.

Pensez-vous remonter sur les planches un petit peu plus tard, en tant qu'imitatrice ou autre ?

Peut-être, j'ai envie de plein de choses comme une comédie musicale. C'est quelque chose qui suit mon parcours. Mon idole c'est Julie Andrews. On m'avait demandé d'intégrer le casting de La Belle et la Bête à l'époque de Vincent Niclo. Ils voulaient que je fasse le rôle de la tasse, mais j'ai eu peur de prendre une crampe !

Vous allez repartir en tournée dans toute la France à partir du 21 mai pour présenter "Crooneuse", comment le vivez-vous ?

C'est mon cinquième élément, il n'y a que là que je suis heureuse, sur les planches, sur la scène. C'est le meilleur endroit au monde. On va partir à sept musiciens d'abord, on intégrera peut-être le big band par la suite. Mais on y va Au fur et à mesure, comme le dit la chanson !

 
1 commentaire - EXCLU - Liane Foly : "Être crooneuse, c'est une attitude"
  • avatar
    dalida -

    jaime pas cette nana......................................continue a rester dans l ombre ....................................

    avatar
    facetieux77 -

    Pourtant elle et Mauranne ont des voix superbes ! Je me souviens de certains duos, trios, ou quators aux restaurant du coeur où ces 2 artistes prouvaient qu'elles avaient de la voix, de la puissance et une qualité d'interprétation...En plus elle fait des imitations de bonne qualité avec humour, humour que vous ne devez pas trop avoir !

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]