EXCLU - Les premières fois de... Paradis

EXCLU - Les premières fois de... Paradis©Barclay/Universal, DR
A lire aussi

Sébastien Jenvrin, publié le 23 septembre

Alors que sort ce vendredi 23 septembre, le tout premier album de Paradis, "Recto verso", le duo électronique formé par Simon Mény (chants et machines) et Pierre Rousseau (claviers) s'est prêté au jeu de notre interview "Première fois".

Simon et Pierre, deux prénoms bibliques pour un duo édénique. Formé en 2011, le tandem parisien s'est fait connaître en revisitant façon deep-house le tube eighties d'Alain Souchon, La Ballade de Jim. Un télescopage inédit entre musique électronique et variété française qui fait de ces deux jeunes gens modernes un des plus beaux fleurons de la French Touch. On en veut pour preuve les douze chansons élégantes qui composent le premier album de Paradis et que l'on croirait tombées du ciel. Pour Orange Musique, les deux musiciens évoquent leurs premières fois, revenant aussi bien sur leur formation classique que sur leur premier coup de foudre musical.

A quoi ressemblait votre première rencontre ?Paradis : Une fête, de la musique, quelques mots échangés autour de la musique, des envies et des approches contrastées mais une vraie curiosité.

Quel est le premier disque que vous avez acheté ?Pierre : Le premier disque que j'ai acheté ça devait être "A Funk Odyssey" de Jamiroquai à l'âge de 11 ans.Simon : C'est drôle car moi aussi c'était un disque de Jamiroquai, j'avais acheté le CD single de "Space Cowboy", je devais avoir autour de 9 ans.

La première fois que vous êtes allés à un concert ?Pierre : Mon premier concert c'était les récitals de piano au Steinway Hall à New York quand j'étais enfant.Simon : De mon côté, je pense que le premier concert ou je suis allé c'était un concert de mon professeur de violon classique, j'en garde un souvenir assez ennuyeux.

La première fois que vous avez réalisé que vous vouliez faire de la musique ?Pierre : En composant des boucles avec plusieurs instruments dans un synthé Korg appartenant à mon père.Simon : Je n'ai pas le souvenir d'avoir eu un déclic, j'ai commencé la musique très jeune et j'ai le sentiment d'avoir toujours eu des mélodies en tête.

Quel est votre premier vrai coup de foudre musical ?Pierre : Probablement le groupe Air. Avec un ami d'enfance on s'était achetés chacun la moitié de leur discographie (à l'époque paraissait "Talkie Walkie", 2004) et on se les échangeait pour les graver. J'avais acheté "10 000 Hz Legend" (2001) et le disque en collaboration avec Alessandro Barrico, "City Reading" (2003).Simon : C'est difficile, c'est tout un enchainement de coups de foudre ! Je pense que si j'essaie de remonter à mon tout premier coup de foudre, c'était une version de Tea for Two par Yehudi Menuhin & Stéphane Grappelli. C'était un des premiers thèmes que j'ai étudié au violon jazz et je me souviens bien de la première fois que mon professeur me l'a fait écouter, de la liberté qu'ils prennent tous les deux en dialoguant autour du thème.

Quel a été le premier instrument que vous avez appris à jouer ?Pierre : J'ai appris le piano, enfant, avec des professeurs russes.Simon : Le violon, très jeune, du classique puis du jazz et de l'improvisation.

La première fois que vous vous êtes décidés à chanter en français ?Simon : Après avoir fredonné La Ballade de Jim sur un morceau instrumental sur lequel on travaillait depuis quelques jours.

Le premier morceau que vous avez écrit ensemble ?Paradis : C'était Je m'ennuie, parue par la suite sur notre deuxième maxi chez Beats In Space.

 
0 commentaire - EXCLU - Les premières fois de... Paradis
  • [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]