EXCLU - Grand Corps Malade : "J'avais envie de faire un album d'auteurs"

EXCLU - Grand Corps Malade : "J'avais envie de faire un album d'auteurs"©Abaca
A lire aussi

Sébastien Jenvrin, publié le 26 octobre

Vendredi 23 octobre, le slameur français publiait son cinquième album, basé sur un concept original. L'idée ? Recueillir les textes de dix plumes issues de divers horizons et leur demander de les interpréter. Une seule règle : intégrer la phrase "Il nous restera ça" dans la chanson. On s'est entretenu avec Fabien Marsaud, alias Grand Corps Malade, pour comprendre la démarche singulière à l'origine de ce nouvel album.

Comment vous est venue l'idée de ce projet original ?

C'est une idée qui germait depuis un petit moment. J'avais envie de faire un album d'auteurs qui regrouperait plusieurs artistes et interprètes ayant la particularité d'avoir une belle plume.

Pourquoi avoir choisi cette phrase en particulier "Il nous restera ça" ?

Il me fallait une idée de départ pour rendre le projet un peu homogène. Je me suis dit que de donner une phrase en commun pouvait permettre cela. C'est une phrase que j'avais écrit dans un texte et qui m'a sauté aux yeux en le relisant. Je trouvais qu'elle avait ce qu'il fallait de profondeur et de gravité pour donner de l'allitération, et en même temps elle était suffisamment ouverte pour empêcher que les différents invités traitent le même sujet. Derrière ces quelques mots, chacun pouvait ainsi mettre plein de thèmes différents.

Comment avez-vous sélectionné ces différents auteurs ?

C'est un énorme casting, j'en ai pris une centaine. (Rires) Non, je plaisante. Ce choix a été complètement arbitraire. Ce sont simplement des gens que j'aime bien et dont j'admire l'écriture. J'ai la chance de les connaître plus ou moins, certains plus que d'autres, et d'avoir accès à eux pour leur faire cette proposition. Un des principes qui a guidé mes choix, c'est que je voulais faire un album avec plein de gens variés : des jeunes, des anciens, des auteurs issus du rap, de la littérature, de la chanson française, etc. Je voulais un album avec des gens très différents mais qui partagent l'écriture comme point commun.

Malgré cette diversité, comment êtes-vous parvenu à donner une cohérence à l'ensemble ? Est-ce que vous les avez guidés dans l'écriture ?

Pas du tout. La cohérence tient à deux-trois choses. Il y a bien sûr la phrase "Il nous restera ça". Même si Erik Orsenna parle du réchauffement climatique et Renaud de son fils, la phrase qu'ils prononcent tous les deux permet de faire le lien. L'autre liant, ce sont mes propres textes. J'apparais à cinq ou six reprises et j'assure le rythme de l'album, dont je suis un peu le fil rouge. Il y a aussi la musique composée par le binôme Angelo Foley et Babx. Ils ont amené une couleur très spéciale à l'album. Je leur avais demandé une musique assez musclée et rugueuse. L'idée était que la présence de poésie n'empêche pas l'existence d'une musique moderne.

Justement, comment Babx et Angelo Foley ont-ils travaillé pour composer cette musique moderne ? Avaient-ils les textes en amont ou ont-ils écrit séparément ?

Ils ont travaillé à partir des textes et composé une musique sur-mesure. J'ai demandé à chaque auteur de nous envoyer un petit a capella enregistré rapidement sur son téléphone dès qu'il avait fini d'écrire son texte. Et à partir de ça, les compositeurs ont trouvé les musiques adéquates.

Pourquoi avoir choisi de vous éclipser plutôt que de chanter avec eux en duo ?

Je trouvais cela beaucoup plus original. C'est mon album, c'est moi qui ait imaginé tout ça, j'y suis très présent. En même temps, c'est la première fois qu'un artiste n'apparaît pas à chaque piste sur son propre album. Evidemment, d'un point de vue égo, cela aurait sans doute été plus flatteur d'être en duo avec Aznavour, Renaud et tous ces gens formidables. Mais un duo, c'est un exercice particulier et forcément moins personnel. J'avais plutôt envie de laisser une totale liberté à chaque auteur, de le laisser écrire ce qu'il veut. Si j'avais fait un duo avec Renaud, il n'aurait certainement pas parlé de son fils Malone.

Parmi tous ces textes, y'en a-t-il un qui vous a le plus touché ?

Non, c'est trop dur d'en choisir un, chacun ayant sa petite particularité. Celui de Renaud (NDLR, Ta Batterie) est évidemment très particulier car c'est son retour à l'écriture après huit ans d'absence. Mais en même temps, j'adore les textes de Ben Mazué et de Lino. Je suis très proche de Bohringer et sa voix me fait toujours quelque chose. Au final, si on fait la liste, je vais trouver des arguments pour chacun, sans préférence particulière.

Est-ce qu'en créant l'événement avec le texte de Renaud vous n'avez pas eu peur que sa présence éclipse les autres invités ?

Ça ne me dérange absolument pas d'entendre beaucoup parler de lui. Je suis tellement fier qu'il soit sur mon album que ça ne me dérange pas d'en parler. C'est juste un immense honneur. A côté de ça, l'album propose un concept tellement inédit, avec beaucoup de grands noms - en plus de Renaud, il y a quand même Charles Aznavour et Hubert-Félix Thiéfaine - qu'on ne me parle heureusement pas que de Renaud.

Est-ce que vous referez ce genre de projet à l'avenir ?

Des collaborations, je peux en imaginer plein. Après, ce ne sera pas forcément basé sur un concept de ce genre. Mon prochain sera sans doute plus classique, ce qui ne m'empêchera pas de revenir sur ce type de projet à l'avenir en sortant une sorte d'album d'auteurs volume 2 avec un autre casting. Ce n'est pas du tout d'actualité, mais pourquoi pas un jour.

Y'aura-t-il de la scène à partir de cet album ?

Il n'y aura pas de tournée. Etant donné qu'on est onze, ce serait trop compliqué à mettre en place, et de satisfaire les agendas de chacun. Après, on fera peut-être une ou deux dates un peu exceptionnelles en 2016, où on essaiera de réunir un maximum de ces invités-là, accompagnés des musiciens de l'album.

 
1 commentaire - EXCLU - Grand Corps Malade : "J'avais envie de faire un album d'auteurs"
  • avatar
    lejuste -

    dommage pour lui mais Renaud devrait arrêter de se rendre ridicule il n'est plus celui que l'on a connu ! il a fait son choix il a préféré l'alcool? maintenant il en paye la note!

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]