Eurovision : "une gay pride européenne" pour certains

Eurovision : "une gay pride européenne" pour certains

A une journée de la finale, la musique semble être relayée au second rang à cause des tensions politiques qui s'intensifient entre certains pays.

A lire aussi

publié le 9 mai

A une journée de la finale, la musique semble être relayée au second rang à cause des tensions politiques qui s'intensifient entre certains pays.

"Si j'ai envie d'être une femme à barbe, c'est mon droit" confiait le chanteur autrichien Tom Neuwirth lors d'une conférence de presse. Plus connu sous le nom de Conchita Wurst (Conchita Saucisse), le candidat suscite l'indignation générale dans son pays. Les appels au boycott se multiplient sur internet, notamment sur les réseaux sociaux, via lesquels ces pétitions circulent. Le candidat de l'Arménie, Aram MP3, a également pris part au conflit en déclarant : "C'est inacceptable. J'espère que nous l'aiderons à choisir entre être un homme ou une femme."

Côté Russie, le député russe Vitaly Milonov semble avoir un avis très arrêté sur la question, déclarant au quotidien britannique The Guardian que "l'Eurovision est une 'gay pride européenne'" et allant jusqu'à qualifier le concours de "sodom show", référence directe à la participation du chanteur autrichien. Il défend son point de vue en précisant que "Retransmettre le concours en Russie pourrait insulter des millions de Russes". En juin dernier, des lois condamnant la "propagande homosexuelle" avaient été votées en Russie.

Tel un arroseur arrosé, la Russie est elle aussi prise pour cible. En effet, d'autres pays veulent exclure les soeurs jumelles Tolmachevy, représentantes de la Russie à l'Eurovision. Les deux soeurs ont été huées par 10 000 spectateurs lors de la demi-finale de l'Eurovison à Copenhague. Le démocrate danois Lasse Quvang a d'ailleurs demandé l'exclusion de la Russie, mais la décision finale revient aux organisateurs de l'Eurovision.

Quant à savoir si La Crimée "est" l'Ukraine ou non, l'Eurovision a décidé que oui. Décision importante puisque cela signifie que les votes téléphoniques des habitants de Crimée (2 millions d'habitants en 2013) seront donc comptabilisés avec ceux de l'Ukraine, et non ceux de la Russie.

 
0 commentaire - Eurovision : "une gay pride européenne" pour certains
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]