Eurovision 2016 : la France maudite ? Amir Haddad répond !

Eurovision 2016 : la France maudite ? Amir Haddad répond !©Domine Jerome, Abaca
A lire aussi

Clara Lemaire, publié le 2 mai

A quelques jours de monter sur la grande scène de l'Eurovision pour défendre les couleurs de la France, Amir Haddad s'est confié à nos confrères de Purecharts sur les enjeux de sa prestation.

Il est remonté à bloc. Le 14 mai prochain, Amir Haddad représentera la France au concours de l'Eurovision avec sa chanson J'ai cherché. Un titre qui tourne déjà en boucle à la radio et qui, selon les bookmakers, devrait faire sensation à Stockholm dans quinze jours. "A Amsterdam, où j'ai chanté pour un pré-événement Eurovision, j'ai compris qu'il se passait quelque chose. On a reçu des ovations qui étaient particulièrement fortes. Mais il y a toujours ce danger que quand on est attendu au tournant, la déception peut être encore plus forte" explique Amir, conscient de l'enjeu d'une telle participation. "Le but est de faire le maximum pour que la prestation marque les gens, qu'elle fasse un bon score mais surtout qu'elle ait une bonne image", ajoute-il.

Et pour cause, depuis quelques années la France a tout essayé. De la chanteuse à voix (Lisa Angell en 2015), au groupe déjanté (Twin Twin en 2014), à la rockeuse (Amandine Bourgeois en 2013) en passant par le chant corse (Amaury Vassily en 2011), force est de constater que les artistes n'ont jamais plu aux jurés des autres pays. Aujourd'hui, "c'est la signature d'une ère nouvelle", affirme Amir Haddad, confiant de son potentiel. "Depuis 2012, à l'Eurovision, on ne se focalise plus sur l'aspect bizarre ou clownesque. Ce qui était le cas depuis une décennie. Maintenant, on apporte une pop efficace, la plupart des titres sont en anglais, on pourrait tous les entendre en radio", assure le jeune chanteur.

Et à tous ceux qui sont persuadés que l'on a jeté un sort à la France durant toutes ces années de malchance, Amir répond : "La France n'a pas de malédiction. (...) Il se peut qu'à chacune des années, il manquait une chose", explique-t-il. "En fait, une bonne chanson de l'Eurovision, c'est une constellation d'éléments. Je ne prends pas ça comme un pari gagné, j'y travaille rigoureusement pour qu'à l'instant T le maximum de gens soient convaincus", confie le chanteur. Et si le 14 mai le classement n'est pas aussi bon que prévu, "au moins le public croit au pouvoir de la chanson et en l'artiste", et ça, "ça fait plaisir !"

 
1 commentaire - Eurovision 2016 : la France maudite ? Amir Haddad répond !
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]