Christophe : 3 bonnes raisons d'écouter "Les Vestiges du chaos"

Christophe : 3 bonnes raisons d'écouter "Les Vestiges du chaos"©Lucie Bevilacqua, DR
A lire aussi

Sébastien Jenvrin, publié le 11 avril

L'auteur des Paradis perdus et des Mots bleus revient avec un treizième album à la beauté renversante. A 70 ans, le dandy publie Les Vestiges du chaos le même jour que le retour surmédiatisé de Renaud (la poisse). Voici trois bonnes raisons de préférer ce nouveau chef-d'oeuvre d'un des derniers génies, si discret, de la chanson française.

1. Pour la beauté des sons

Après huit ans de silence, Christophe reprend son travail sur l'exploration du beau bizarre là où il l'avait laissée avec Aimer ce que nous sommes (2008), son dernier album studio. De silence, il en est justement question sur Les Vestiges du chaos, qui compte bon nombre de chansons erratiques, découpées en pointillé, à l'image de la discographie du Français. Un procédé qui fait des merveilles dès l'introductif Définitivement, qui chipe la boîte à rythmes épileptique du groupe Suicide d'Alan Vega, lequel partage d'ailleurs le micro avec Christophe sur Tangerine, autre rengaine discoïde. Sur Drone, les synthés striés d'arrangements électroniques jouent au ralenti, tandis que des choeurs nimbés de vocoder se mêlent à des cordes sur le magnifique Océan d'amour.

2. Pour le somptueux hommage à Lou Reed

Aline, Stéphanie, Elsa, Daisy... Tout au long de sa carrière, Christophe a chanté ses passions amoureuses en autant de prénoms féminins possibles. Les Vestiges du chaos n'échappe pas à la règle avec Stella Botox. Pourtant, un autre prénom claque avec la chanson Lou, un des sommets du disque. Dans un ultime hommage à son idole, le Français dépeint le regretté chanteur du Velvet Underground avec Laurie (Anderson, sa dernière femme, ndlr.) dans un paysage désolé, psalmodiant des mots en formes de haïkus : "La Mustang sur les dunes (...) Le vent, la musique / Sa guitare amnésique / Lou finit son Kata / Et plonge dans l'au-delà".

3. Pour le retour aux chansons

Contrairement à la compilation Paradis retrouvé (2013), qui redonnait vie à des sons perdus au détriment de la mélodie, Les Vestiges du chaos renoue avec une forme plus classique. Au croisement de la pop, de l'électro et de la chanson, Christophe retrouve l'équilibre parfait entre tubes potentiels et expérimentations. Comme en témoigne le single Dangereuse, imbibé de cordes, piano et la voix fragile du dandy. Une voix qui chante à nouveau sur des gimmicks bien sentis (Tu te moques, Océan d'amour). Quand il laisse le micro, c'est pour inviter le timbre troublant de l'actrice Anna Mouglalis sur E Justo ou encore le duo Orties sur le final Mes Nuits blanches. Quant aux paroliers, ils ne sont pas moins nombreux avec la présence des fidèles Jean-Michel Jarre, Boris Bergman, Daniel Bélanger et de nouvelles plumes comme Isabelle Prim ou Laurie Darmon. Tous, au service du peintre des sons, Christophe. Son dernier tableau ? C'est un autoportrait, forcément beau bizarre.

 
1 commentaire - Christophe : 3 bonnes raisons d'écouter "Les Vestiges du chaos"
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]