Cerrone, de retour après 8 ans d'absence

Cerrone, de retour après 8 ans d'absence©Sarah Bastin, DR
A lire aussi

Sébastien Jenvrin, publié le 19 janvier

Le géant français du disco revient le 12 février avec un EP intitulé Afro. Un retour aux sources de son premier groupe funk Kongas.

Give Me Love, Supernature, Love in C Minor... Dans les années 1970, la seule moustache du disco qui pouvait rivaliser avec Marc Cerrone était l'autre géant du genre, l'Allemand Giorgio Moroder. A eux deux, ainsi qu'avec l'Américain Nile Rodgers, ils ont insufflé une bonne dose d'hédonisme et de paillettes dans la musique de l'époque. Et des tubes à n'en plus finir. Son talent, Cerrone a su l'exporter aux Etats-Unis, où il a connu la gloire durant les grandes heures du Studio 54, temple new-yorkais du disco. Débutant sa carrière comme batteur du groupe funk Kongas, le natif de Vitry-sur-Seine s'est fait repérer par Eddie Barclay en jouant dans le célèbre club Le Papagayo à Saint-Tropez. Au mitan des années 1970, il change de cap pour se tourner vers le disco, un genre encore balbutiant qu'il dynamitera. Le compositeur et producteur finira par vendre 30 millions d'albums et décrocher cinq Grammy Awards.

Aujourd'hui âgé de 63 ans, Cerrone signe son retour après 8 ans d'absence. Le 12 février, il sortira Afro, un nouvel EP qui revient à ces premières amours. L'ancien batteur y décline en trois titres sa vision des rythmes africains. Sur le morceau d'ouverture, le très blaxploitation 2nd Chance, on retrouve derrière les fûts le grand Tony Allen, une des figures marquantes de l'afro beat avec Fela Kuti, dont il fut le batteur. Le deuxième morceau, Funk Makossa, dont le clip est dévoilé aujourd'hui, combine les rythmes fiévreux de Manu Dibango et les charmes érotiques de Love in C Minor. Tandis que Bodytalk est le morceau le plus disco du EP, lequel compte également trois remixes.

 
1 commentaire - Cerrone, de retour après 8 ans d'absence
  • avatar
    Hopalong -

    Bonjour à tous,

    J'ai connu Marc à ses début encore gosse à Vitry-sur-Seine et avec sa première batterie...

    Quel talent...

    Tous mes respects.

    Michel Cassitti

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]