Cage The Elephant : trois bonnes raisons d'écouter "Tell Me I'm Pretty"

Cage The Elephant : trois bonnes raisons d'écouter "Tell Me I'm Pretty"©RCA/Sony, DR
A lire aussi

Clara Lemaire, publié le 28 décembre

Le groupe de rock américain originaire du Kentucky vient de sortir son quatrième album, Tell Me I'm Pretty, dans les bacs depuis le 18 décembre dernier. Présent sur le devant de la scène alternative depuis 2006, Cage The Elephant était loin d'avoir tout donné. Avec ce nouveau disque à la précision infinie, le groupe repousse ses propres limites et offre une nouvelle dimension à sa musique. Alors que faut-il penser de ce nouvel album ? On vous donne sans plus tarder trois bonnes raisons d'écouter Tell Me I'm Pretty.

1. Parce que le producteur s'appelle Dan Auerbach

Le leader des Black Keys, bien connu pour ses collaborations en tant que producteur (Dr. John, Hanni El Khatib, Lana Del Rey, entre autre), est venu poser sa patte sur Tell Me I'm Pretty après avoir rencontré le guitariste Brad Shultz lors d'une soirée bien arrosée. Un travail intense, parfois même au bord de l'expérimentation : Auerbach avait pour habitude d'appeler le groupe dans la salle de contrôle après une prise, de leur faire écouter de l'Afrobeat puis de les faire réenregistrer. "Il voulait nous tirer hors de notre zone de confort" raconte Matt Shultz le leader de Cage The Elephant, "c'était une sorte d'expérience pour lui". Un électrochoc qui a permis au groupe de sortir le meilleur de lui-même sur des titres aux ambiances presque cinématographiques (Crybaby, Cold, Cold, Cold), très loin des titres garage hargneux auxquels ils nous avaient habitués, et dont les riffs affûtés de guitares électriques ancrées dans les seventies rappellent indéniablement l'univers Black Keys (That's right).

2. Parce qu'il brille par sa sensibilité

"Avec cet album on voulait être plus transparent," explique Matt Shultz. "On voulait capturer le sentiment que véhicule chaque chanson, et la réaction émotionnelle qu'elle provoque, avoir une démarche honnête vis-à-vis de la musique" confie-t-il encore. Et force est de constater que Cage The Elephant est plutôt doué pour faire monter le frisson. On trouve sur l'album des petits bijoux mélodiques teintés de nostalgie qui pourraient presque donner envie de (re)tomber amoureux. La ballade Too Late To Say Goodbye inspirée de Bonnie and Clyde, ou bien encore le titre Trouble, potentiel candidat au tube, sont à la hauteur d'un Come a Little Closer, single star de l'album Melophobia sorti fin 2013. Le titre les avait révélés au grand public et leur avait également permis de décrocher une nomination aux Grammy Awards en 2015 pour le meilleur album alternatif.

3. Parce qu'il distille une belle énergie du début à la fin

Et même si Cage The Elephant se dévoile plus sur cet album, le groupe n'en garde pas moins son ardeur, une énergie rock sans faille, qui transpire du début à la fin. Du premier single dévoilé Mess Around en passant par Punching Bag, ou bien encore Portuguese Knife Fight qui termine l'album en beauté, tous ont la puissance des titres qui mettent une fosse sans dessus-dessous en concert. Et lorsque l'on connaît la fureur de Cage The Elephant en live, on se dit que ces nouveaux morceaux devraient pouvoir rivaliser avec des titres-phares du groupe comme Back Against The Wall, Tiny Little Robots ou bien Aberdeen, qui ne manquent pas de survolter le public à chaque fois.

 
0 commentaire - Cage The Elephant : trois bonnes raisons d'écouter "Tell Me I'm Pretty"
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]