5 questions à Samba De La Muerte

5 questions à Samba De La Muerte©BenPi, DR
A lire aussi

Clara Lemaire, publié le 30 mars

Révélé par le groupe Concrete Knives dans lequel il joue des claviers, Adrien Leprêtre vient de sortir Colors, le premier album de son projet solo, Samba De La Muerte. Découverte.

D'où vient ce nom, "Samba De La Muerte" ?

Cela vient du titre d'une chanson de l'album Cute Horse Cut du groupe Gablé. C'est un groupe avec lequel j'ai grandi et que j'ai beaucoup écouté. Nous sommes maintenant amis. J'ai trouvé à l'époque que ce nom sonnait bien et qu'il se mariait bien avec la musique que j'avais envie de faire. "Samba" pour la danse, l'espoir, le côté lumineux de ma musique et "La Muerte" pour le côté plus mélancolique, plus lourd qu'il peut y avoir dans ma musique parfois. On m'a récemment dit qu'en Amérique du Sud les gens disaient "la muerte" pour dire "trop bien", ce qui me va aussi très bien !

Le groupe existe depuis 2012, pourquoi avoir attendu autant de temps avant de sortir ce premier album ?

Je ne crois pas avoir attendu. Trois EPs sont sortis depuis 2012 et il m'a fallu ces années je pense pour arriver à ce premier opus et pour me sentir prêt. J'adore collaborer avec beaucoup de personnes quand je fais de la musique. Sur Colors j'ai reçu l'aide précieuse de Corentin Ollivier qui joue avec Samba aussi en live sur certains morceaux. La plupart des titres ont été faits dans mon home studio et puis j'ai invité des sections de cuivres à venir jouer, un batteur, les chanteuses du groupe Lo'Jo. Quand j'ai fini la musique j'ai confié le mixage à Olivier Bastide qui a su emmener les morceaux plus loin et leur donner plus de nuances et de profondeurs.

Ta musique regroupe un certain nombre de styles différents, ce qui en fait son originalité... Comment la décrire à quelqu'un qui ne l'a jamais entendue ?

On m'a dit une fois que Samba De La Muerte était une "Sono Mondiale". J'aime bien l'expression. Après, je laisse les gens penser ce qu'ils veulent, certains y verront de l'électro, d'autres de la musique psyché ou de la pop. Je ne mets pas de barrière dans ma musique et elle est influencé par énormément de styles différents ce qui donne quelque chose d'assez diversifié. Il faut tout écouter, et plusieurs fois, pour trouver les petits détails cachés.

Un premier single titré en anglais, chanté en français, "Colors", des textes en français mais aussi en anglais, pourquoi ces choix d'écriture ?

J'ai toujours écrit en anglais. C'est la première fois que je m'essaie au français et c'est plutôt agréable ! J'espère que Samba va s'exporter hors de France, on joue déjà pas mal en Suisse et en Belgique ou le public est vraiment super. Voyager est très important pour moi. C'est une grande source d'inspiration. J'adore découvrir de nouveaux endroits, rencontrer des gens de cultures différentes et m'en inspirer. C'est ce qui s'est passé sur le morceau Tanger que j'ai écrit en revenant d'un séjour dans cette ville.

On t'a connu avec le groupe Concrete Knives qui a eu un beau succès avec son premier album "Be Your Own King". Pourquoi avoir voulu monter ton projet solo au final ?

Ça s'est fait assez naturellement. Quand je rentrais de tourner avec Concrete Knives, je rentrais chez moi et j'avais hâte d'écrire des morceaux pour moi, une sorte de respiration. J'ai voulu en intégrer certains dans Concrete Knives mais ça ne correspondait pas à la musique du groupe, c'est là que je me suis dit qu'il fallait que je fasse ma propre musique. Là on travaille sur le deuxième album depuis un bon moment. Ça prend du temps mais ça va sortir courant 2017.

 
0 commentaire - 5 questions à Samba De La Muerte
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]