3 raisons de préférer IAM à NTM

3 raisons de préférer IAM à NTM©Tony Barson/Richard Bord, Getty Images
A lire aussi

Sébastien Jenvrin, publié le 10 janvier

Paris contre Marseille. Dans les années 1990, deux poids lourds du rap français s'affrontaient au sommet des charts : les sulfureux NTM contre les réfléchis IAM. Une opposition de style aujourd'hui réactivée par l'attente de la reformation des premiers et l'annonce d'un nouvel album des seconds. Ici, on a tranché : nos préférés, ce sont les Marseillais.

Pour leur constance sans faille

En 2017, c'est IAM qui fera l'actualité avec le 20e anniversaire de "L'École du micro d'argent" (1997) et la sortie de son nouvel album, "Rêvolution", annoncé pour le 3 mars prochain. Le huitième en près de 30 ans de carrière. Car même s'ils sont moins médiatisés que dans les années 1990 (Akhenaton n'a d'ailleurs pas succombé aux sirènes des télé-crochets), les Marseillais n'ont jamais baissé le rythme des sorties. Pendant ce temps-là, on attend toujours la reformation de NTM, annoncée par JoeyStarr fin 2016, puis démentie dans la foulée par le natif de Saint-Denis.

Pour l'album culte L'École du micro d'argent

Si Akhenaton, Shurik'n, Kheops, Imhotep et Kephren ont pris de la bouteille, leur album culte de 1997 n'a quant à lui pas pris une ride. Auréolé d'une Victoire de la Musique de "l'album de l'année" en 1998, le disque s'est vendu à plus de 1,6 million d'exemplaires en France (contre un peu plus de 800 000 exemplaires pour "Suprême NTM", sorti un an après), soit le meilleur score pour un album de rap. Influencées par le hip-hop américain, notamment le Wu-Tang Clan et RZA, les chansons sonnent toujours aussi justes en 2017. Nés sous la même étoile, Petit frère, Demain, c'est loin ou encore L'empire du Côté Obscur... Tous ces titres cultes retrouveront une seconde jeunesse sur scène du 8 novembre au 5 décembre 2017, à l'occasion d'une mini-tournée anniversaire.

Pour les textes réfléchis

Cela fait bientôt trente ans que IAM incarne un rap français érudit et engagé. Les chansons des Marseillais ont toujours fait honneur aux références cinématographiques, que l'on pense au sample du "Bon, la Brute et le Truand" sur Sad Hill de Khéops ou au clin d'oeil à Star Wars sur L'Empire du côté obscur. Qu'il fasse dans l'humour ou la dénonciation, l'egotrip ou le constat sociologique, IAM a toujours préféré l'indignation réfléchie à la révolte rageuse et rentre-dedans. À côté du fougueux JoeyStarr, Akhenaton ferait presque figure de philosophe. Même si le temps a nuancé un peu ces clichés, IAM bénéficie toujours en 2017 d'une image moins clivante que son rival d'autrefois.

 
0 commentaire - 3 raisons de préférer IAM à NTM
  • [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]